MA FAMILLE ZEN.com
Le webmag des parents des 6-14 ans !

Le burn-out maternel : c’est quoi et comment en sortir ?

Par le 27 septembre 2016 - Mise à jour le : 27 septembre 2016

prise de tête

Qu’est-ce que le « burn-out maternel » ? Est-il possible d’éviter d’en souffrir ? Quelles sont les précautions à prendre ? Comment se faire aider ? Voici quelques trucs simples et faciles à mettre en œuvre pour passer une année en restant sereine !

Qu’est-ce que le burn-out maternel ?

Le burn-out, c’est l’étape qui précède la dépression : on n’en peut plus… On a envie d’agir, mais on n’y arrive plus… C’est le « ras-le-bol » qui arrive sans crier gare… Les crises de colère sans raison ou les maux de tête (ou de ventre) qui ne vous quittent plus.

Ce « syndrome d’épuisement professionnel » se développe surtout chez les personnes dont l’engagement bénévole est important, qui reçoivent peu de reconnaissance pour le travail effectué ou ont une image idéalisée du rôle qu’elles devraient tenir… Description parfaite des mamans !

Sujet tabou il y a peu, on commence -enfin- dans les milieux médicaux à reconnaitre la réalité du burn-out maternel… Et l’on constate que le nombre de « cas déclarés » est exponentiel… Pas étonnant quand on sait le mal que les mères de famille se donnent pour tout gérer… Sans aucune reconnaissance sociale, financière… Et sans temps mort ! Qui parmi vous ne s’est pas dit un jour « j’en ai assez ! Personne ne voit tout ce que je fais, personne ne me dit merci ou bravo… » ?

Mieux vaut prévenir que guérir

Puisque l’année démarre à peine, vous allez pouvoir vous organiser pour penser (un peu) à vous… Car c’est le remède pour ne pas sombrer !

Faites le calcul : sur une semaine normale, combien de temps vous occupez-vous de vous pour votre plaisir ? Je ne parle pas des trajets, du travail, de la préparation des repas, du ménage, du suivi des devoirs, de l’écoute de votre conjoint et de vos enfants, ni du temps de sommeil ou du temps passé dans la salle-de-bains à vous maquiller. Je vous parle de loisirs, de plaisir SANS AUTRE BUT que de vous faire du bien ? Une heure ? Moins ? Légèrement plus ? Une heure dans une semaine qui en compte 168, est-ce suffisant ?

Bien sûr vos agendas sont surchargés… Cependant vous arrivez toujours à trouver du temps pour les imprévus : Emmener bébé chez le médecin ou consoler grande fille de ses malheurs… Le temps, ça se trouve quand on en a besoin. Et  je vous assure que vous avez besoin de temps POUR VOUS ! Le meilleur moyen pour cela, c’est de choisir au moins une heure par semaine, mais plus si vous le pouvez -une heure par jour étant idéal- et de noter cette heure dans votre agenda comme « occupée » : au même titre que vous savez que tous les jeudis de 17 à 18H, votre fils a judo, vous saurez que tous les lundi, vous êtes prise de telle heure à telle heure… Pour vous occuper de vous !

Prendre du temps pour soi, c’est bien, mais pour quoi faire ?

Tout dépend de ce que vous aimez et de vos moyens ! vous aimez lire ? Allez à la bibliothèque ! Vous aimez lire ET voir des amies : organisez une bibliothèque tournante où chacune apporte un livre qu’elle a aimé ; vous aimez faire du sport mais n’avez pas d’argentfaites du jogging  ou de la  marche ; vous aimez ne rien faire :  faites une sieste !

N’oubliez pas : si vous ne vous traitez pas « en 1ère classe », personne d’autre que vous ne le fera : ni votre conjoint, ni vos enfants, ni votre patron, ni vos amis… Vous êtes la seule à pouvoir vous faire du bien !

Soyez moins exigeante avec vous-même

Commencez par vous demander « où se cache mon désir de perfection ? » (toutes les femmes en ont !) Dans l’éducation des enfants ? Dans l’image qu’ils renvoient aux autres ? Dans mon travail ? Dans mon ménage ? Dans l’organisation des repas ?…

Une fois trouvé votre « marotte », demandez-vous comment vous pouvez baisser d’un cran votre niveau d’exigence :  Serez-vous une mauvaise mère si vous passez d’un bain tous les jours à un tous les deux jours ? Est-ce que vos enfants risquent l’obésité si une fois par semaine vous vous autorisez un repas « off » : par exemple le dimanche soir, chacun se sert dans le frigo. Votre emploi est-il en péril si vous partez plus tôt une fois par semaine ? Votre logement ressemble-t-il vraiment à un capharnaüm  si vous passez l’aspirateur une fois de moins dans la semaine ?

Bien sur que non ! Pour vous aider à en prendre conscience, pensez priorité : 3 grains de poussière sont-ils plus importants que moi ? Que vivra ma famille si je fais un burn-out ?

Et si vous craquez ?

La seule solution : Demander de l’aide ! Vous avez des complexes ? L’amie qui prendra votre fils une fois par semaine à la sortie de l’école pour que vous puissiez faire du sport, sera ravie si vous gardez sa fille pendant 8 jours pour qu’elle puisse partir « en amoureux » !

Vos parents sont loin ? ils seront peut être enchantés de venir passer quelques jours chez vous… Ou de prendre l’un de vos enfants chez eux, le temps que vous vous reposiez !

Vos enfants ont des parrain et marraine ou des oncles et tantes ? Ils seront heureux de passer du temps avec vos enfants en les emmenant se promener pendant une journée… Ou plus !

Et si malgré tout vous avez des complexes à demander des services gratuits, demandez-vous comment déléguer certaines des tâches qui vous incombent : faire repasser son linge une fois par semaine ou prendre une femme de ménage de temps en temps grèvera-t-il votre budget  de manière dramatique ? Et si oui, comment assumer cette dépense ? Quelles économies la famille peut-elle faire pour vous permettre de vous sentir bien ?

Car n’oubliez pas : la mère est le pilier central de la famille, si vous n’allez pas bien, c’est toute votre famille qui souffrira !

Et en cas de crise pensez à faire de grandes respirations abdominales pendant au moins 3 minutes : cela diminue le taux de cortisol (hormone du stress), augmente le taux de DHEA (hormone qui ralentit le vieillissement), augmente les défenses immunitaires !

Alors pensez à vous, car vous le valez bien !


Enfants : quand les parents craquent

A lire aussi :

Le burn out maternel : c’est quoi et comment s’en sortir ?
Comment dire non à son ado ?
Que penser de Super Nanny ?
Que faire de mes émotions de parent ?
Une bonne mère doit-elle arrêter de travailler ?

Découvrez d’autres articles sur la famille, la psychologie de l’enfant, l’éducation
dans notre rubrique EDUCATION & PSYCHO

Marie-Charlotte Clerf

Thérapeute Vittoz certifiée, coach certifiée en développement personnel,  formatrice parentale. Elle a créé « MC2 coach-famille » pour aider les parents à améliorer leur  vie de famille. Ses spécialités : accompagner chaque membre de la famille à  trouver sa juste place, faire progresser la communication et les relations parents / enfants et enfants entre eux  , favoriser  la prise de conscience de ses points forts et des points d’amélioration possibles, aider à sortir d’un burn-out familial ou d’une dépression, se sentir utile et plein d’énergie, tout en ayant le temps de s’ occuper de soi-même…

www.coach-famille.fr
contact@coach-famille.fr – 06 60 87 20 35

18 com. | Laisser un commentaire

18 commentaires pour :
“Le burn-out maternel : c’est quoi et comment en sortir ?”

    bonjour Babranlo,
    vous avez raison, si le burn out maternel touche les mamans en couple (et plus souvent celles qui ont arrêté de travailler que celles qui travaillent…sans doute parce qu’elles ont un trop haut niveau d’exigence sur leur rôle de maman ??? enfin ce n’est que mon analyse), il touche aussi les mamans solo… et pour cause ! devoir tout assumer seule, avec un père absent et, dans votre cas, des parents qui sont loin, c’est super super compliqué. Malheureusement, je n’ai pas de recette miracle à vous proposer… parce que le « burn out », c’est comme si vous aviez tout brulé à l’intérieur… on n’arrive plus à rien, on n’arrive plus non plus à avoir envie… on est dévasté, épuisé, « cramé » et la moindre petite chose à faire ressemble à une montagne. Il faut du temps et de l’énergie pour se remettre… c’est pour ça que je n’ai pas de recette miracle. Juste quelques idées, mais je ne suis pas certaine qu’elles soient possibles : si vous travaillez, je pense que la première chose à faire est de voir votre médecin traitant : lui pourra vous donner des remontants (sans doute), mais surtout pourra certainement vous arrêter. Mais le risque alors, quand on est arrêté, c’est que l’on se dise « je vais en profiter pour faire tout ce que je n’ai pas le temps de faire habituellement : repeindre l’entrée, vider les cartons du déménagement d’il y a deux ans, traiter tout le linge en retard ». et là, l’arrêt n’aura servi à rien. car la priorité alors, c’est de vous reposer…et ça prend du temps… continuer à mettre les enfants à la crèche ou à l’école et se forcer à SE REPOSER; On se fiche du linge en retard, des repas équilibrés et des bains tous les jours. on se préserve au maximum… mais avec en tête une idée qui change tout « je prends soin de moi pour aller mieux »… plutôt que « je ne suis même plus capable de m’occuper de mes enfants ».
    Et si vous ne travaillez pas, et que vous n’avez pas de système de garde pour vos enfants, c’est encore plus compliqué : vous est il possible de demander de l’aide… même à vos parents loin ? à une copine ? à des oncles et tantes de vos enfants ? Je sais, c’est déjà super dur de demander de l’aide lorsque l’on va bien…alors quand on ne va pas bien, on n’ose pas… et pourtant c’est nécessaire. Vous pouvez par exemple proposer des échanges, c’est souvent plus facile « je prends tes enfants les lundi et tu me les prends les mardi ». ce n’est pas grand chose, mais encore une fois si le mardi est consacré à soi : se reposer, regarder un film qui nous fait rire, aller à la bibliothèque, marcher, faire du sport… ça peut vraiment aider. le rendez vous chez le médecin est aussi d’actualité.
    Et si rien de tout ça n’est possible, il reste une demande d’aide à l’assistante sociale ou au juge des enfants de votre juridiction. Je sais qu’on n’ose pas faire cette démarche, car on a peur que nos enfants nous soient retirés. En réalité, les assistantes sociales et le juge pour enfants doit normalement vous seconder pour vous aider à trouver une solution qui allie vos intérêts et ceux des enfants. leur but est de séparer le moins possible parents et enfants… mais s’il voit que vous n’en pouvez plus, que vous avez besoin d’un soutien, il pourra vous envoyer une aide éducative par exemple.
    Voilà, c’est tout ce à quoi je pense… mais peut être que d’autres parents ont été dans cette situation et peuvent partager leur expérience ici ?

    BABRANLO dit :

    Bonjour
    Je suis désolée de vous dire ça mais j’ai ai vraiment marre de lire ce genre d’article, je recherche désespérément un site avec des conseils pour éviter le burn out maternelle, mais apparemment cela n’est réservé qu’aux mamans en couple ! Le conseil N°1 « Prendre du temps pour soi », merci beaucoup ! mais comment prendre du temps quand le papa ne s’occupe pas du tout (je dis bien pas du tout) de son enfant et que l’on a aucuns membres de notre famille qui ne peut (ou plutôt ne veut) garder notre enfant !
    Donc ma question, existe t’il des rédacteurs ou des psychologues (ou autres) capable de faire des analyses sur des parents seules ?????

    Merci

    Claire dit :

    Je me reconnais dans vos temaoignages. Jai deux adorable bambins de 2 ans et demi et 6mois et demi. Mais je ne me reconnais plus. Jen ai ras le bol de tout jai toujours mal au crâne je ne supporte plus rien ni le bruit ni la contradiction ni la moindre poussière ou jouet qui traine alors que j’étais une maman cool. J’ai pris un congé parental pour etre au plus près d’eux leurs premières annees. Un choix voulu. Mais la je ne sais plus qui je suis à part une fille qui crie tout le temps, je m’en rend compte mais apres coup. Jai limpression detre bonne a rien, je veux que tout soit parfait. Mais c’est impossible, comme je suis à la maison Ca devrait l’être mais non. Et personne ne m’ecoute vraiment ou ne me comprend et ramene toujours tout à eux. Je veux redevenir une super maman avec ses petits défauts. Aidez moi en me donnant des astuces. En sachant que je vais courir deux fois par semaine pour decompresser et évacuer cette colère qui vient de je ne sais où mais je ne veux pas la faire subir à mes enfants. Ps: ma vie de couple est plus qu’inexistante, jai l’impression d’être vide et de ne plus rien ressentir pour personne et detre un robot. Aidez moi svp

    gabrielle dit :

    Bonjour, je suis tombée sur votre site et j’espère que vous aidez toujours car les dates sont anciennes.
    Voila, j’ai deux enfants en bas age 3 et 2 ans et je me suis mis en congé parental, faute de nounou.
    Mais voila, mon mari s’est blessé au sport et donc plâtre et réeduc pour plus de 2 mois. Il a repris son travail en teletravail. Mais voila, à la maison je fais tout, les enfants, la maison, la cuisine, le chiot qui fait des bétises. Je ne sais plus ou donner de la tete, j’ai 1 heure de sport pour moi dans la semaine mais c’est tout. Et encore, avant dy aller les enfants ont manger , sont couchés. Je m’enerve pour un rien, et je ne me voyais pas etre une telle maman. J’adore mon mari et encore plus mes enfants, mais j’ai des envies de partir loin et seule… J’ai une maman qui m’aide énormément mais qui est beaucoup plus patiente que moi et qui m’aide mais à la retraite, je n’ose pas trop l’embêter avec tout ca. Je voudrais bien reprendre le boulot mais tant que je n’ai pas le permis,on me propose que de la M…, alors, j’économise pour. Tous vous conseils seront précieux pour moi, j’avais même penser à consulter un psychologue mais comment choisir. Moi qui était d’un naturel, joyeux et optimiste, toujours souriante, je me sens éteinte.

    denizot dit :

    BOnjour, enfin je comprends ce que je deviens…Je me disais je suis folle de réagir comme ça (pleurs, cris en permanence, plus du tout de plaisir avec mes enfants notamment ma grande de 6 ans et demi qui a chopé du carazctère)mais non je suis pas folle mais en plein BURN OUT.Mon mari est obligé de travailler sur PAris (ouf que pendant un an) mais finir à 18H le boulot allez chercher à droite et à gauche mes deux enfants faire les devois, le repas et parfois les douches tout avant 21H et ben c sport et je craque!Monsieur est de retour le WE mais je suis tellement epuisée que je n’ai pas le moral et je ne sais pas comment m’en sortir…J’ai peur d’installer une mauvaise relation avec mes enfants (6 ans et 2 ans) et que mon couple batte de l’aile. Mon conjoint me soutient me comprend mais il est pas là…HEL ME 😉

    Bonjour,
    Vous pouvez contacter Marie-Charlotte Clerf via le forum où elle répond à vos questions, ou bien directement à l’adresse donnée sur l’article.
    Et peut-être que participer à ce weekend bien-être et prendre le temps d’écouter votre corps et vos émotions vous ferait le plus grand bien.
    En attendant, nous vous souhaitons de très bonnes fêtes !

    lucille dit :

    Bonsoir. Je me permet de vous ecrire, car je suis a bout. Je n ai personne pour m aider je pense faire un burn out depuis un petit moment et je n en peu plus je ne sais pas a quelle porte frappe.n importe quel conseil sera le bienvenu. Please help me! Svp

    Comme le suggère Nathalie, je vous réponds sur le forum.

    Pour toutes questions ou conseils sur ce sujet qui intéresse beaucoup d’entre vous, nous vous recommandons de contacter Marie-Charlotte Clerf sur notre forum de discussion. Elle répondra avec attention à toutes vos demandes.

    Céline dit :

    Bonjour,
    J’ai deux petites filles magnifiques de 3 et 5 ans. J’ai ma propre entreprise que je fais tourner en travaillant souvent le soir et quelques heures le matin pendant que la petite joue. Jusqu’à l’année dernière, je possédais un cheval et le montait quotidiennement. Malheureusement j’ai dû le faire tuer suite à des problèmes de santé. Depuis 3 mois, je n’ai plus goût à rien et me sens extrêmement fatiguée. Je me rends compte que je crie pour rien après mes filles et ça me fait mal car ça ne me correspond pas (j’ai un caractère plutôt patient et doux en temps normal). J’ai remarqué que l’ambiance familiale se détériore de plus en plus et j’ai de la peine de prendre sur moi pour simplement rire des bêtises de mes deux nanas. J’ai l’impression d’être une mauvaise mère et me sens dans une impasse dont je n’arrive pas à faire front. Tout me fais peur, le temps qui passe (j’ai 36ans), mes parents et beaux-parents qui vieillissent (et qui ont pas mal de soucis de santé), la mort,… Je ne sais plus comment faire, je voudrais tellement retrouver cette joie de vivre qui me caractérisait… Quand je lis les témoignages sur le burn out maternel, je me vois avec exactement les mêmes symptômes. C’est difficile pour moi qui suis un pilier dans la famille et qui ne veux décevoir personne. Aidez-moi svp à redevenir celle que j’étais. Comment dois-je faire pour changer cet état. Je n’en peux plus…

    bonjour,

    je suis désolée de ne pas avoir répondu aux derniers messages. je vous propose de recopier vos messages dans le forum, qui est plus adapté pour ce type de discussion.
    je vais tout de suite dans le forum compléter cette réponse.

    sylvie dit :

    moi aussi, je suis en pleine phase ras le bol de tout, plus envie de rien. J’ai 4 enfants, dont un legerement handicapé qui demande pas mal de temps, une fille qui entre dans l’adolescence et qui devient difficile, un fils qui n’a jamais trouvé sa place, et une dernière qui a bcp de mal à vivre avec les autres car d’une timidité maladive. Un mari qui tavaille bcp et qui ne s’occupe en rien de l’education, de la maison, bref de nous quoi. plus de maman, un papa agé, une famille disloquée, et pas d’amies à qui me confier. J’aime mes enfants, mais je ne les supporte plus. J’aimerai partir loin, seule, et ne pas revenir. Je m’imagine meme parfois au bout d’une corde. on dit que parler fait du bien, encore faut il avoir qq’un à qui parler.

    delfine dit :

    Burn out: c’est moi! 4 filles de 2 à16 ans, tout le travail d’une maison, du bénévolat en +, longue fatigue hivernale stoppée avec de la cortisone, mais depuis je continue à couler lentement et sûrement, je bosi (même pas en cachette) je me fais peur; tout le monde s’en fiche si je reste opérationnelle (couches, balai, casseroles etc)

    Sabrina dit :

    J’ai découvert la notion de burn out, et je ne sais pas si c’est par quoi je suis passée, ou je passe encore ?! Je n’ai absolument personne dans mon entourage qui puisse complètement me comprendre, car mes amis sur place ne sont pas maman et ma mère me dit toujours « pour moi aussi c’était pas facile », elle ramène toujours tout à elle, et de toute façon elle ne s’en rend même pas compte quand je vais mal.

    Merci de contacter Marie-Charlotte Clerf directement via son site ou via notre forum dans la rubrique expert où elle répond à toutes vos questions, et où d’autres parents pourront vous apporter eux aussi conseils et soutien.
    Bon courage à vous !

    marielène dit :

    bonjour, merci d’avoir répondu si rapidement.Votre première phrase m’a fait bizarrement du bien…. enfin quelqu’un qui me dit qu’il ressent ma souffrance , juste en lisant mes quelques paroles!j’en ai parlé à ma mère qui me comprend, mais qui reste impuissante. Mais elle est à mon écoute. J’ai un petit ami qui m’écoute , mais plus ça va plus j’ai l’impression qu’il fuit, car il ne me reconnait pas!J’aimerai pouvoir relativiser, sachant que des milliers de personnes souffrent pour des choses plus graves, mais en vain.voici mon histoire, je me suis mariée à 19 ans, aujourd’hui j’en ai 36, j’ai eu mon fils cette même année,j’ai passé mes premieres annees de mariage avec un mari qui « trainé » dans les bars quasi tous les soirs, et lorsque il rentré au petit matin il me battait, il avait un problème avec l’alcool.C’est un homme qui était tantôt trés gentil tantôt trés méchant  » mi ange mi démon »! J’ai fais une tentative de suicide un an aprés notre mariage,à mon reveil je m’en suis voulu énormément d’avoir agit ainsi avec lâcheté, je pensais à mon fils à ce qu’il serait devenu sans moi! Au bout de cinq ans les choses se sont un petit peu apaisées,j’ai eu envie d’un autre enfant,j’ai eu ma fille. tout allé mieux les colères de mon mari s’espaçaient,nous avons construit une trés belle maison que j’ai dessiné moi même et mon mari c’est installé a son compte dont je m’occupé à mi temps(facture devis, tva…) et l’autre mi temps coiffeuse.Avec l’entreprise les colères revenaient de plus en plus souvent, avec des violences verbales, il me rabaissait sans arrêt, et parfois physiques, ou tout simplement casser des choses à la maison et tous ça devant les enfants… jusqu’au jours ou mes enfants m’ont dis  » ça suffis là de te plaindre on a cas partir, et tu divorce! »au bout de 15 et demi g eu le déclic de divorcer pour mes enfants!je me suis retrouvé chez ma mère 6 mois avec mes enfants le temps de trouver un logement,une voiture et des meubles car il ne m’a rien laissé, heureusement j’etais entouré par ma mere qui m’a beaucoup aidée et une amie qui m’a preté des meubles.Aujourd’hui je suis fière de ma décision mais j’ai perdu toute confiance en moi,on a perdu la maison qui a etait vendu par un liquidateur judiciaire, mon ex mari ne travail pas( pas de pension)il n’est pas présent pour l’education des enfants , ne les prend pas tous les quinzes jours comme il se doit(jamais pendant les vacances) les enfants en souffrent car ça reste leur père et qu’ils l’aiment malgrés tous, même s’il a etais suite au divorce agressif envers eux,violence,menace avec un fusil envers ma fille et moi, mes enfants lui pardonne!tout allé bien jusqu’au jour ou mon fils a perdu son apprentissage a cause de de mon ex mari, qui avait encore une fois trop bu, il a insulté et menacé l’employeur! Nous, nous avons l’habitude de tous ça, mais les personnes exterieurs, elles ne le supportent pas, d’ou la rupture du contrat.Pourtant nous nous sommes sacrifiés mes enfants et moi pour se travail, levées trés tot pour faire 45 mn de trajet pour amener mon fils au travail, et 45mn retour pour amener ma fille a l’école ! le soir idem.mais tout allé bien même si je n’avais que le dimanche pour dormir un peu plus.Et là badaboum!!!! je n’ai plus envie de me battre,plus motivée à sortir,je sent que je vais pas m’en sortir financièrement,je travail a 3/4 temps,entre les factures, les saisies sur salaire des impots de la maison dont mon ex n’a pas réglé.Plus mon fils qui n’est pas bien et veut partir de la maison… c’est plus supportable pour moi, je ne supporte plus rien, je m’en veux,d’être soulagée quand je suis seule sans les enfants,car quand ils sont là je ne supporte rien! je me venge en nettoyant sans arrêt ma maison,la seule chose dont j’ai envie, là au moins je voie le résulta de ma tâche…je me booste ou plutot ma fille me booste a aller a la danse car nous y sommes inscrite toutes les deux… mais toute démarche est devenue une corvée… plus envie de rien , plus envie de rire…sauf au travail…
    j’ecrit car ma mére m’a dis: » prend une feuille et écrit tous ce qui te passe par la tête tu vas voir ça fait du bien » et je veux m’en sortir, je veux à nouveau continué à aimé sainement mes enfants, et mon petit ami avec qui j’ai passé des moments formidables, des moments de fou rire et qui c’est tellement donné pour moi!!
    Je suis consciente de ne plus me reconnaitre, et je pense que je vais suivre vos conseils, et commencer a aller voir mon medecin, qui me conseillera. merci a vous de m’avoir lu.

    bonjour,

    j’entends beaucoup de souffrance dans votre témoignage… et il y a de quoi : deux enfants ados, un ex-conjoint qui va à l’encontre de ce que vous tentez d’inculquer à vos enfants, qui n’est manifestement pas présent financièrement non plus. Vous vous inquiétez pour vos enfants, sans doute pour vous, et vous n’arrivez plus à gérer vos émotions.
    Avez vous un lieu ou parler de tout cela ? un parent ou un(e) ami(e qui saurait vous écouter sans vous juger, sans vous conseiller.. mais vous écouter. Car déjà si vous pouviez déposer votre fardeau auprès d’une oreille attentive, cela pourrait vous être d’une grande aide. A défaut d’oreille attentive dans vos proches, vous serait il possible de vous faire aider par un professionnel de la relation d’aide (thérapeute, psychologue, médecin…)? Si vous n’osez pas à cause de problèmes financiers ou que vous ne savez pas vers qui vous tourner, sachez que la majorité des thérapeutes ou psy sont à l’écoute et cherchent une solution convenant aux deux parties. Demandez autour de vous aussi qui connait quelqu’un de confiance ? Lorsque le corps va mal, on se tourne vers un médecin. Quand c’est l’esprit qui n’est pas bien, il est normal de se tourner vers un professionnel ! Il existe aussi un autre moyen : si vous avez une religion, la plupart des curés, rabbins… sont très à même d’écouter votre souffrance. Ils sauront également certainement vous diriger vers une personne de confiance si c’est nécessaire.
    Dans tous les cas, il est important que vous ne restiez pas ainsi avec cette souffrance lourde qui vous empêche de remonter la pente.
    Vous pouvez aussi m’envoyer un message par le biais de mon site en m’indiquant l’endroit où vous vivez, et je pourrai vous donner alors les coordonnées des thérapeutes de la méthode psychosensorielle que je pratique, la méthode Vittoz.
    Bon courage à vous

    marielène dit :

    bonjour, je ne connaissais pas le « burn out » g l’impression de me reconnaitre dans tous les symptômes, juste que contrairement aux témoignages, je n’ai que deux enfants et pas en trés jeune age, 11 ans et 17 ans.je suis en instance de divorce depuis 2 ans, un père pas present que se soit financier et relationnel( au contraire toujours en contradiction avec mes decisions educatives! et je suis tombée en « deprime » apres que mon fils de 17 ans est perdu son apprentissage il y a un mois a cause de son pere qui a menacé son employeur suite a ça il a prefere rompre le contrat.depuiis je lui crie souvent dessus, lui repproche de ne faire aucun effort, je n’ai plus de motivation envie de pleurer regulierement je me vange sur le menage et me met dans des etat coleriques lorsque c’est sale, j’ai l’impression d’etre seule et perd la confiance en moi bref g l’impression d’avoir tout rater…. pouvez vous m’eclairer? une maman qui a besoin d’aide.

Partagez vos réactions !

*