Le freestyle, c’est LE grand frisson assuré ! Les ados adorent !

MaFamilleZen > Mes Enfants > Mon ado (11-18 ans) > Sports & Loisirs > Activités sportives > Le freestyle, c’est LE grand frisson assuré ! Les ados adorent !

Par le

Lionel Lavantes - UCPA Val d'Isère-freestyl

Ils en rêvent, surtout les garçons, de ces sauts qui défient les lois de l’apesanteur. Allons-nous craquer et autoriser notre petit chéri à s’y mettre ? Lionel Lavantes moniteur chef adjoint de l’UCPA Val d’Isère-freestyle nous rassure.  Mais une fois de plus, pour débuter, un prof s’impose.

En quoi consiste cette discipline ?

Elle consiste à réaliser des figures acrobatiques en l’air, c’est à dire à faire des sauts soit avec des skis soit avec un snowboard.

Elle se pratique dans un espace dédié, le snowpark, sur lequel il y a des modules (des bosses), ainsi que des jibs, « boîtes en plastique ou barres en fer » sur lesquelles on glisse. Ils sont classés par difficulté comme les pistes de ski, de verts à noirs et sont indiqués par de petits panneaux de la couleur adéquate.

Quels en sont les bienfaits ?

©Paul Villecourt /outdoor-reporter.com

C’est tout d’abord un sport qui apporte « le grand frisson » avec une bonne dose d’adrénaline qui séduit enfants et ados.

Mais c’est aussi une école de patience, il faut beaucoup répéter pour acquérir les bons gestes et les bons placements, être tenace et savoir ne pas se décourager. Mais les sensations sont si fortes que les enfants ont vraiment envie d’y arriver et que ce qui pourrait paraître lassant (répétition des gestes) leur procure un grand plaisir.

A partir de quel âge un enfant peut il pratiquer le freestyle ?

Vers 6 ans, à partir du moment où l’enfant peut descendre une piste de ski. Condition impérative être accompagné par un pro pour ses premières évolutions.

A savoir, le meilleur moment pour pratiquer cette activité sans danger est le matin. Les pistes ont été damées la nuit, elles sont alors en bon état. Plus l’heure avance plus elles se dégradent, plus il y a de monde et de risques de collision si l’on n’est pas vigilant. De plus le matin on est tranquille, les ados téméraires dorment encore !

Quelles qualités physiques et psychologiques faut-il avoir ?

La souplesse est importante et il faut avoir un bon schéma corporel, c’est à dire savoir situer son corps dans l’espace. Ne pas être trouillard mais pas trop casse casse-cou non plus. Un juste équilibre à trouver.

Que faire si l’enfant appréhende cette pratique ? S’il veut arrêter ?

©Paul Villecourt /outdoor-reporter.com

Si l’on est seul avec son enfant et qu’il a peur, surtout ne pas insister. En revanche, un pro aura une démarche pédagogique et l’enfant prendra du plaisir.

Les chutes sont souvent rédhibitoires pour les débutants. Lorsqu’on découvre l’activité avec un prof, on prend moins de risque. On décompose, on travaille ses compétences, on commence par acquérir de l’équilibre avec la position de base sur la piste. Cette position de base est le B.A BA car tout déséquilibre avant la bosse créera un déséquilibre sur la bosse et après la bosse et qui dit déséquilibre dit chute. Au début l’enfant sautera sur de toutes petites bosses puis, comme en ski, il pourra « jumper » des bosses plus difficiles au fur et à mesure de ses progrès.

Quelle tenue adopter ?

C’est une tenue normale de skieur à adapter en fonction de la température. Il est conseillé de boire beaucoup en montagne, mais pour cette pratique mieux vaut confier sa bouteille à quelqu’un, les sauts et les bouteilles d’eau ne font pas bon ménage.

Les bons conseils du coach

©Stéphane Cervos

A faire

Le casque est obligatoire, il doit être ATTACHÉ et aux normes CE, Il faut bien sûr l’essayer et qu’il plaise à l’enfant, sinon il essaiera de ne pas le mettre ou de ne pas l’attacher. Au moment de l’achat, n’oubliez pas d’apporter son masque pour que les deux soient compatibles.

On peut utiliser des protège-poignets, des protège-poignets de skate peuvent faire l’affaire. Et si l’enfant décide de pratiquer ce sport, une protection dorsale est chaudement recommandée.

A ne pas faire

Sauter sur une bosse que l’on n’a pas repérée. Il faut absolument, avant tout saut, faire un premier passage de repérage. On regarde la qualité de la neige, l’entretien de la bosse et l’on repère les endroits adaptés pour s’arrêter.

Sauter n’importe comment sur n’importe quelle bosse. Il faut adapter son saut. On ne fait pas un grand saut sur une petite bosse  et un petit sur une grande, là c’est la chute assurée.

Stationner à l’arrivée des bosses sur les endroits de circulation. Et les parents sont quelque fois aussi inconscients que leurs enfants, alors à eux d’être très vigilants, un snow park n’est pas une piste de ski, mais une piste de sauts !  Alors prudence.

Le coach recommande :

Pour tout savoir sur les sports de glisse :  Le snowblog de l’UCPA (http://blogs.ucpa.com/snowboard/)
Et pour être à la pointe de l’information : www.agoride.com
Pour les filles, un site spécialement fait pour elles : www.gravityladies.com

A ne pas manquer :

Le grand show du 16 au 18 mars, à Tignes avec les X games Europe où 125 athlètes des 4 coins du monde se retrouvent pour la deuxième compétition des sports de l’extrême.
www.tignes.net

Les centres UCPA proposant des semaines à dominante freestyle :

Flaine Altaïr avec un produit « riden’style » en ski ou en snowboard.
La Plagne 1800, Val Thorens et Les Orres proposent des options freestyle gratuites.

Tous les autres centres proposeront aussi des séances de freestyle à la demi journée.
Sans oublier, en ski d’été sur les glaciers de Tignes ou des 2 Alpes qui possèdent de très beaux snowpark.

www.ucpa-vacances.com

Vous avez aimé cet article ou bien vous voulez réagir ?

Envie de réagir à cet article, de donner votre avis ou de partager votre expérience ? Je prends la parole !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A lire aussi dans la rubrique Mes Enfants

Plus d’articles sur MAFAMILLEZEN