5 bonnes raisons d’apprendre à coder

MaFamilleZen > Mes Enfants > Mon enfant (6-10 ans) > Nouvelles technos > 5 bonnes raisons d’apprendre à coder

Par le

Apprendre à coder aux enfants pourquoi ,

Saviez-vous qu’un programmeur se cache derrière tous les jeux vidéo, les applications, les outils internet que nous utilisons au quotidien ? Or, coder est à la portée de chacun, il suffit de savoir lire. Deux experts nous livrent quelques-unes des bonnes raisons d’inciter les plus jeunes à se lancer. 

Michaël STORA est un psychologue spécialiste du virtuel. Fondateur de l’Observatoire des Mondes Numériques en Sciences Humaines, il conseille également la marque Clementoni qui lance, dès la rentrée, ses nouveaux robots programmables ( Doc Robot Éducatif Parlant Programmable et Robot Évolution).

Alexandra BERNARD est fondatrice de la Tech Kids Academy. Elle anime des ateliers sur Scratch et écrit des livres pour rendre le code accessible au plus grand nombre. Son rêve : transmettre simplement sa passion pour la programmation aux nouvelles générations.

1. On apprend en s’amusant

MICHAËL STORA. Le plaisir est une dimension essentielle. « Il n’y a pas apprentissage sans expérience hédonique » c’est Sigmund Freud qui le dit.

ALEXANDRA BERNARD. Travailler dans l’univers de la création de jeu est très plaisant, que l’on soit féru de jeux vidéo ou non. Il y a un réel plaisir à voir le résultat de ce que l’on a créé. De plus, Scratch est un outil visuel, intuitif, facile à comprendre et à utiliser.

Lire aussi : Gleamcode, un jeu pour initier les enfants à la programmation

2. On a le droit de se tromper

MICHAËL STORA. A l’école, l’erreur est stigmatisée. Or, se tromper est vecteur d’apprentissage. Les travaux de recherche du professeur Stanislas Dehaene, par exemple, le confirment.  Si le robot n’arrive pas à l’endroit prévu, il n’y a pas de jugement, il suffit de recommencer autrement.

ALEXANDRA BERNARD. L’atmosphère de nos ateliers est très bienveillante et décontractée, il n’y a pas d’évaluation. Si l’enfant n’arrive pas aux résultats souhaités, on l’amène à réfléchir aux raisons et à trouver des solutions. Il peut aussi demander à ses collègues des pistes pour réussir. L’esprit d’équipe est aussi développé.

3. On développe son sens logique

MICHAËL STORA. En matière de codage, il est nécessaire de respecter des règles pour obtenir des résultats. Diverses compétences cognitives sont stimulées comme la pensée logico-mathématique et plus spécifiquement l’intelligence déductive.

ALEXANDRA BERNARD. Coder est un excellent moyen de comprendre à quoi sert un repère orthonormé, le calcul d’un cosinus, ou l’intérêt des opérations. On améliorer aussi sa perception de la géométrie dans l’espace et sa pensée algorithmique. Cela donne un sens concret, pratique, opérationnel aux notions mathématiques apprises à l’école.

Lire aussi : 4 métiers du Net qui ont le vent en poupe

4. On stimule son imagination

MICHAËL STORA. Avant de programmer, on doit d’abord imaginer quelles actions le robot va accomplir et comment il agira. Avec les nouveaux modèles Clémentoni, Robot Évolution, on choisit aussi les expressions faciales qu’il adoptera.

ALEXANDRA BERNARD. Lors de la phase de création, les enfants choisissent parmi un grand nombre d’options et les combinent à leur souhait. Par exemple la musique, les personnages, les décors, le scénario du jeu sont autant de possibilités d’inventer un univers unique.

5. On devient “maître” de la technologie

MICHAËL STORA. C’est un vieux fantasme humain de réussir à animer des objets inanimés.  Or, dans les fictions occidentales, le robot tend à devenir nocif pour son créateur. Là, le robot obéit juste à ce qu’on lui demande et devient une sorte de compagnon de jeu au quotidien.

ALEXANDRA BERNARD. En découvrant l’envers du décor, certains comprennent la complexité de la conception, ce qui change leur perception des jeux vidéo. D’autres se découvrent une vocation. Tous se révèlent particulièrement fiers de leurs réalisations. C’est un domaine dans lequel chacun réussit ce qui est fondamental pour la confiance en soi.

Pour aller plus loin :

Techkidsacademy.comTech Kids Academy propose de nombreux ateliers thématiques, des stages pour débutants et avancés et même des workshop en anglais. Les ateliers peuvent être suivis à la carte ou à l’année, à Saint-Germain en Laye ou à Paris 15ème.

Code toi-même avec Scratch !,  Ton atelier Scratch : Panique à Code City, aux Editions Nathan.

Lecampusjunior.fr : un site crée par Samsung idéal pour les 7/13 ans.

https://code.org : pour faire ses premiers pas sur Scratch en toute autonomie !

Vous avez aimé cet article ou bien vous voulez réagir ?

Envie de réagir à cet article, de donner votre avis ou de partager votre expérience ? Je prends la parole !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A lire aussi dans la rubrique Mes Enfants

Plus d’articles sur MAFAMILLEZEN