Cours de soutien scolaire : comment motiver mon enfant ?

MaFamilleZen > Mes Enfants > Mon ado (11-18 ans) > Vie scolaire > Collège > Cours de soutien scolaire : comment motiver mon enfant ?

Par le

garçon triste assis à côté pile de cahiers

"Je voudrais inscrire mon fils à des cours de soutien scolaire, mais il rechigne. Comment le motiver ?". La réponse de Brigitte Prot, psycho-pédagogue.

Votre enfant a-t-il vraiment besoin de soutien scolaire ?

D’abord, votre enfant a-t-il vraiment besoin d’aide ? Dans son travail et ses résultats, quels en sont les signes ? Ces cours de soutien scolaire se motivent-ils par une difficulté réelle, un stress parental ou l’anticipation d’une difficulté imaginaire ? Le clarifier permet de prendre en compte le réel et d’engager un dialogue avec l’enfant ou l’adolescent.

Lire aussi : Soutien scolaire : trouvez la bonne formule pour votre enfant

Comprendre son manque de motivation

Souvent, ses difficultés le renvoient à son estime de soi : il aimerait pouvoir s’en sortir seul… Son discours est alors de refuser l’aide en disant : “Je vais travailler plus”. Cela peut également se justifier à ses yeux par le fait de ne pas vouloir “déranger” ses parents ou leur faire dépenser d’argent. Et, surtout, il voudrait leur prouver son autonomie !

Pour beaucoup d’élèves, aujourd’hui, accepter de l’aide, c’est se montrer inférieur aux autres, “moins intelligent”. Eymeric disait : “Tom, lui, il y arrive ! Pourquoi, moi, j’aurais du soutien ?”. Souvent, ils ne savent pas que chacun, à un moment de sa scolarité, peut avoir besoin d’aide pour se libérer de ses difficultés et vivre plus heureux… Il me semble important que leurs parents insistent là-dessus.

Enfin, bénéficier d’un soutien, c’est changer ses habitudes, c’est déranger son emploi du temps, avec du travail en plus…

Lire aussi : Confiance en soi et estime de soi chez l’enfant et l’adolescent

Regarder son travail avec bienveillance

On l’a compris : pour accepter de l’aide, encore faut-il que l’élève y trouve un bénéfice. Regarder avec lui son travail et ses résultats, avec bienveillance, lui permettra de reconnaître son besoin. Lorsqu’après un premier cours, il se sentira plus à l’aise, valorisé et encouragé, il s’y engagera volontiers.

Lire aussi : Coaching ou soutien scolaire, quel remède à la chute des notes ?

 

Brigitte Prot

Psychopédagogue, enseignante et formatrice, elle a conçu la méthode du Bilan-Itinéraire de motivation et d’orientation®, fondée sur une approche personnalisée et systémique de chaque situation scolaire.

Lieu de consultation : Paris-Montparnasse
Contact : 01 43 26 90 04 – motiv@brigitte-prot.fr
Plus d’informations sur www.brigitte-prot.fr

Vous avez aimé cet article ou bien vous voulez réagir ?

Envie de réagir à cet article, de donner votre avis ou de partager votre expérience ? Je prends la parole !

  1. Effectivement, l’enfant qui reçoit du « soutien scolaire » se sent dépendant de ses parents, que l’aide soit interne ou externe.
    En particulier à l’adolescence, quand ce qu’on leur demande au collège, puis au lycée, devient de plus en plus complexe.
    Ils peuvent craindre de ne pouvoir jamais se débrouiller seul.
    A cela on peut leur dire que chacun a des besoins différents, et qu’il faut s’accepter tel que l’on est, et que les choses peuvent évoluer rapidement.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A lire aussi dans la rubrique Mes Enfants

Plus d’articles sur MAFAMILLEZEN