Le foot, c’est aussi pour les filles

équipe de france féminine de foot

La Coupe du Monde féminine qui s’ouvre en ce début de mois de juin pourrait faire monter en flèche le niveau de visibilité du ballon rond au féminin. Zoom sur la cote grandissante en France de cette discipline qui n’est pas réservée aux garçons !

A Alain Finkielkraut qui a expliqué récemment dans Les Voix de l’info sur CNews, lorsqu’il a été interrogé sur la Coupe du Monde féminine de football, que « ce n’est pas comme ça (qu’il a) envie de voir les femmes », on décerne un carton rouge plus une bonne dizaine de matchs de suspension ! Car n’en déplaise à celui qui est plus habitué à fréquenter la controverse que les gradins de stades, le foot dans l’Hexagone, c’est loin d’être uniquement une histoire de mâles et de testostérone. Si les statistiques qu’elle affiche sont loin de pouvoir prétendre égaler celles dont se prévalent les Etats-Unis, le Canada, l’Allemagne, le Japon ou les contrées scandinaves, la France compte néanmoins près de 185 000 licenciés, une « population » qui a plus que doublé en l’espace de huit ans. Et les audiences télé témoignent aussi depuis quelques années de cet engouement pour le foot au féminin : le 31 mai dernier, plus d’un million de téléspectateurs ont suivi la rencontre -pourtant amicale- des Tricolores contre les Chinoises. En 2015, lors de la précédente édition de la Coupe du Monde féminine, quatre millions de passionnés s’étaient réunis devant Allemagne-France en quart de finale. Autant de chiffres assez probants pour renvoyer notre philosophe misogyne dans ses buts !

stats fans de football féminin

Des freins et préjugés qui demeurent

Il n’empêche que le fait de pratiquer le foot dans notre pays quand l’on est une fille n’est toujours pas, en 2019, synonyme de facilité, tant cela oblige à batailler contre les clichés. Dounia Mesli, créatrice de Cœurs de foot, site exclusivement consacré au foot féminin, en témoigne « Il règne encore un sexisme effarant. Je l’ai vécu moi-même parce que mes parents considéraient que ce n’était pas un sport pour une fille, alors qu’à huit ans, à l’école, j’avais un meilleur niveau que mes copains. Comme je les respectais trop pour aller contre leur avis, je n’ai pas pu en faire. Je n’ai pu commencer qu’à l’université, ce qui était beaucoup trop tard. Du coup, je n’ai jamais réussi à percer » confie-t-elle. Même les « pros », y compris les virtuoses qui sont aujourd’hui les figures de proue de notre sélection nationale ont été confrontées à ce type de réaction dans leur entourage lorsqu’elles ont débuté. « Eugénie Le Sommer, que j’ai souvent eu l’occasion de rencontrer, m’a raconté que sa maman refusait qu’elle s’inscrive au foot et qu’elle la poussait plutôt à faire du judo, alors qu’elle-même entraînait un groupe de garçons ! Ce n’était pas pour la brider mais parce qu’elle avait peur qu’Eugénie soit marginalisée » raconte la journaliste.

Lire aussi : Des livres qui parlent foot aux filles

Dans le sillage de compétitrices inspirantes

Trop souvent, on continue par ailleurs à considérer les « footeuses » comme des garçons manqués, une image tronquée qui est en train de littéralement de voler en éclats grâce à la génération actuelle de joueuses, aussi coquettes sur le terrain qu’en dehors, avec en chef de file l’Américaine et ex-Lyonnaise Alex Morgan, 10 millions d’abonnés sur Instagram, sublime et engagée puisqu’elle se bat pour l’égalité salariale entre femmes et hommes dans ce milieu. Mais les Tricolores ont également leurs reines fashion avec, entre autres, la défenseure Sakina Karchaoui, qui est suivie quant à elle par 175 000 personnes sur le même réseau social. « Il ne faut pas se leurrer plus vous êtes belle, plus vous êtes bankable. Et puis ce n’est pas parce que vous êtes glamour que vous êtes moins performante sur le terrain » analyse Dounia Mesli. De quoi susciter des vocations chez les millenials, qui autour d’une demi-heure par jour sur Instagram. Mais la plus belle promotion pour leur sport que les protégées de Corinne Diacre, qui entament les hostilités contre la Corée du Sud le 7 juin, pourraient faire auprès des plus jeunes serait de remporter leur première étoile planétaire. Alors, pour cette raison aussi, on dit « Allez les Bleues » !

 

Vous avez aimé cet article ou bien vous voulez réagir ?

Articles en relation

Envie de réagir à cet article, de donner votre avis ou de partager votre expérience ? Je prends la parole !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A lire aussi dans la rubrique Mes Enfants

Plus d’articles sur MAFAMILLEZEN