Rencontre avec Louane, narratrice de choc du livre audio Corba, l’île du mage

MaFamilleZen > Blog > Ma Famille > Rencontre avec Louane, narratrice de choc du livre audio Corba, l’île du mage

Par Bénédicte Flye Sainte Marie le

Rémi Faure et Louane voix Corba

Photo Louane et Rémi Faure @Nikos

La chanteuse et comédienne Louane met la palette de ses talents au service la version audio du livre jeunesse écrit par Rémi Faure, Corba, l’île du mage. Une partition pleine de rebondissements, nourrie de belles valeurs, que l’on peut écouter à partir du 22 décembre sur la plateforme Audible. Rencontre.

Louane, comment êtes-vous arrivée sur ce projet de livre audio ?

Louane : Avec Rémi, nous nous étions déjà croisés plusieurs fois car il travaille sur TF1, et je suis une habituée de la chaine depuis mon plus jeune âge. Avec lui travaille une femme qui s’appelle Solène Le Goff, qui est extraordinaire. Elle est comme une grande sœur pour moi et c’est impossible de lui dire non. Elle est venue me voir, elle m’a dit « tu vois, mon pote Rémi a fait un livre, on va en discuter ». Puis Rémi et moi nous sommes rencontrés dans un dîner, on a un peu bu des coups (rires), on a très bien mangé et il m’a raconté l’histoire, la façon dont lui était venue l’idée du livre Corba, l’île au mage, le parcours de son fils, et ça m’a beaucoup touchée…

Qu’est-ce qui vous a attirée dans l’univers narratif de Rémi ?

Louane : Je lui ai fait, à mes yeux, le plus beau compliment de la Terre : je me suis tout de suite sentie à l’aise avec les personnages et le monde qu’il a créé. Il a une imagination complètement débordante, vous ne pouvez pas vous figurer le nombre de créatures fabuleuses qu’il invente. Corba, l’île au mage est un livre qui est pour les pré-ados et ados mais moi, je me le suis complètement « mangé » ! Au départ, j’ai eu un petit peu peur car je ne suis pas à l’aise, depuis toujours, avec l’idée de lire à voix haute. Et puis, j’étais persuadée que de passer des journées à faire ça, ça allait m’emmerder… Mais à la fin du chapitre un, j’étais déjà dedans car Rémi a énormément de talent. C’est la vérité et je ne dis pas ça parce qu’on doit faire la promo de ce livre !

Aujourd’hui, êtes-vous en revanche une maman qui lit à voix haute ?

Louane : La naissance de ma fille m’a vachement reconciliée avec la lecture à voix haute, pas avec la lecture tout court car ça, j’ai toujours adoré… J’ai de la chance, je possède une imagination très visuelle et donc je m’immerge vraiment dans l’écriture. Et ce qui est fou justement, c’est que dans les livres de Rémi Faure, il y a énormément de détails. C’est très facile de s’y transporter. Mais oui, Esmée est très réceptive et l’a toujours été. Elle fait des obsessions sur un livre et est capable de me le ramener quinze fois !

Lire aussi : Les livres audio sont-ils aussi bons pour les enfants et les ados que la lecture d’un vrai livre ?

On vous sait passionnée de mangas. Etes-vous fan d’autres styles littéraires ? 

Louane : J’ai toujours tout lu, j’aimais tout, les romans, les mangas, la poésie et le théâtre. A douze, treize ans, je lisais même des haïkus ! Je l’ai beaucoup moins fait à partir de seize ans quand je me suis consacrée à la musique et que j’ai arrêté l’école. J’ai recommencé l’année dernière. Donc, le manga, c’est ultra-prenant dans ma vie, mais je ne suis pas fermée aux autres genres.

Le thème de l’enfance revient souvent dans vos diverses activités artistiques. Pourquoi y-êtes-vous si attachée ?

Louane : J’ai eu du mal à m’extraire de l’enfance, alors que j’en suis sortie assez brutalement… Je me suis accrochée à ça, en me disant que je ne voulais pas grandir et finalement, j’ai accepté la chose et aujourd’hui, je suis vachement plus à l’aise dans mes chaussures d’adulte. J’ai eu un déclic. Il n’empêche qu’il y a un truc d’innocence et de spontanéité chez les petits qui me correspond. Je me sens parfois plus à l’aise avec eux qu’avec les adultes. Par exemple dans la famille de mon mec, je peux passer des après-midis à jouer avec eux. J’ai de la patience et j’aime ça. Ça m’apprend tellement de choses… Je crois que c’est un mélange entre ce qui me reste de la mienne et le fait qu’aujourd’hui, j’ai une petite fille extraordinaire, cela dit avec beaucoup de recul et d’objectivité (rires).

Avez-vous été sensible au contexte particulier dans lequel Rémi Faure a rédigé Corba, l’ile du mage, à savoir pour adoucir le quotidien de son fils hospitalisé ?

Louane : Oui, je suis maman et ça m’a forcément émue. Et il y a l’aspect des troubles psychologiques qui résonne chez moi. Car tout le monde ne le sait pas mais je suis hyperactive et ai été diagnostiquée à huit ans. Ça a été très compliqué… Alors, c’est quelque chose qui me remue, dont je parle d’ailleurs de plus en plus dans mes chansons et une question sur laquelle j’ai envie de délier les langues. Et il se trouve que dans Corba, l’ile du mage, ce sujet est subtilement et intelligemment abordé. Moi, petite, j’aurais aimé avoir un livre comme celui-là qui me montre que mon atypie, c’était ma force. Aujourd’hui, j’en suis consciente. Mais à l’époque, j’ai été très rejetée à l’école à cause de ça. Qu’un enfant un peu différent soit un héros et qu’il arrive à résoudre des vrais problèmes grâce à ce que les autres considèrent comme des défauts dans la vie réelle me parle beaucoup !

Corba, l’ile du mage, de Rémi Faure

livre audio Rémi Faure Corba l'ile du mage

Corba : l’ile du mage a été écrit par Rémi Faure, directeur des programmes de flux de TF1, pour son fils de neuf ans qui est atteint du syndrome de Pierre Robin et d’une forme légère d’autisme. Pour ce papa de trois enfants, il s’agissait de permettre à son ainé de s’évader par la pensée lors de ses longs séjours à l’hôpital et de livrer une réflexion autour de la différence, l’amitié et de la préservation de la planète.

Le livre audio est disponible sur Audible (6,95 euros). Les deux tomes, version papier, Corba, l’ile du mage et Corba, le Seigneur de la Côte sont parus aux éditions Les Arènes (14,90 euros chacun)

Vous avez aimé cet article ou bien vous voulez réagir ?

Articles en relation

Plus d’articles sur MAFAMILLEZEN