Maux hivernaux : Adoptez le réflexe homéo !

MaFamilleZen > Ma Famille > Shopping > Hygiène/Beauté > Maux hivernaux : Adoptez le réflexe homéo !

Par le

L’hiver et ses frimas entraînent dans leur sillage tout un cortège de microbes et virus. Rhume, angine, rhinopharyngite, toux, mal de gorge… Et si, au lieu de vous tourner vers les traitements traditionnels pour soigner ces maux hivernaux, vous optiez pour l’homéopathie ? Sans aucune contre-indication, ni effet secondaire, ni risque d’accoutumance, cette médecine naturelle permet de venir à bout des maux les plus courants. Comment constituer votre trousse à pharmacie ? Les conseils du docteur Frédéric Voirin, médecin généraliste et homéopathe dans le département de la Loire et chef de pathologies ORL pour les laboratoires Boiron.

 

 

Etat grippal :

Attention ! Il ne s’agit pas uniquement de la grippe saisonnière, mais de ce que l’on nomme communément un « coup de froid », avec tous les symptômes qui peuvent lui être associés : frissons, fébrilité, courbatures, etc…
-> Oscillococcinum : 1 dose dès que possible, à répéter éventuellement 2 à 3 fois, à 6 heures d’intervalle

Et en prévention : 1 dose par semaine, durant tout l’hiver. S’il est recommandé de démarrer le traitement vers septembre ou octobre, dès les premiers froids et au moment de la rentrée des classes (la promiscuité accroissant le risque de contagion), vous pouvez parfaitement vous y prendre en janvier ou en février et ce, même si votre enfant est vacciné contre la grippe saisonnière.

Angine :

– Gorge très sèche et douloureuse (gorge rouge avec inflammation), difficulté à avaler
-> Belladonna 9 CH : 5 granules toutes les 2 heures, à espacer selon l’amélioration
– Mal de gorge important, avec langue pâteuse, chargée, épaisse, accompagnée d’une mauvaise haleine caractéristique
-> Mercurius solubilis 9 CH : 5 granules toutes les 2 heures, à espacer selon l’amélioration
– Pour les autres maux de gorge, sur conseil d’un professionnel de santé
-> Homéogène 9 : 1 comprimé à sucer toutes les heures, à espacer les prises selon l’amélioration

Rhume :

– Ecoulement nasal clair et incessant (le nez coule « comme une fontaine ») et lèvre supérieure irritée
-> Allium cepa 9 CH : 5 granules toutes les 2 heures, à espacer selon l’amélioration
– Ecoulement nasal jaune/verdâtre, avec présence de croûtes
-> Kalium bicronicum 9 CH : 5 granules toutes les 2 heures, à espacer selon l’amélioration
– Si le rhume s’accompagne de maux de tête, d’une sensation de barre au-dessus des yeux et de douleurs au niveau des sinus
-> Kalium iodatum 9 CH : 5 granules toutes les 2 heures, à espacer selon l’amélioration
– Pour tout type de rhume
-> Coryzalia : 1 comprimé à sucer toutes les heures, (jusqu’à 8 /jour), à espacer selon l’amélioration

Si vous partez skier :

Pour prévenir : courbatures et contractures consécutives à l’effort physique
-> Arnica 9 CH : 5 granules matin et soir, une semaine avant le départ
Pour guérir :
– Les contractures, courbatures, œdèmes, hématomes ou bosses
-> Arnica 9 CH : 5 granules toutes les 2 heures, à espacer selon l’amélioration
-> Arnicalme : 1 comprimés matin, midi et soir
-> Arnigel (sous forme de gel)
– Les douleurs articulaires avec inflammation (poignet, coude, genou) qui s’intensifient durant l’effort et diminuent au repos
-> Bryonia 9 CH : 5 granules toutes les 2 heures, à espacer selon l’amélioration

Les 5 règles d’or de l’homéopathie :

Plus le traitement est mis en place rapidement, plus ses chances d’efficacité augmentent. Aussi, n’attendez pas : démarrez-le dès l’apparition des symptômes. C’est la raison pour laquelle il est recommandé de disposer à l’avance de tous les médicaments de base. Cela vous évitera de vous précipiter à la pharmacie ou de parcourir des kilomètres pour vous rendre dans une officine de garde !

Si les signes se sont déclarés depuis 24 ou 36 heures, n’hésitez pas à recourir à l’homéopathie : celle-ci permettra, à défaut d’enrayer l’infection, de limiter ses effets et à l’organisme, de mieux récupérer.

– En cas de doute sur le traitement adapté, demandez conseil à un pharmacien ou consultez un médecin spécialisé en homéopathie (voir le site du Syndicat National des Médecins Homéopathes Français : www.snmhf.org )

Evitez de donner à votre enfant ses médicaments durant les repas. Mieux vaut patienter au moins dix minutes avant ou après avoir bu ou mangé.

Contrairement à une idée reçue, la menthe ou le menthol ne diminue en rien les effets de l’homéopathie. Aussi, inutile d’acheter à votre enfant un dentifrice à la fraise ou de lui interdire de sucer une pastille de menthe.

L’homéopathie en 5 questions :

– L’homéopathie est-elle adaptée aux enfants ?
Oui, puisqu’elle peut même être prescrite aux nourrissons. En revanche, avant l’âge de 2 ans, il est nécessaire de dissoudre les granules dans un peu d’eau (verre ou biberon non chauffé), afin d’éviter tout risque de fausse-route.

– Existe-t-il des contre-indications ?
Aucune. Un traitement homéopathique peut être donné à un enfant, même si celui-ci souffre de pathologies, comme l’asthme ou le diabète. C’est le grand avantage de ce type de médicament : il ne présente pas le moindre danger et peut être prescrit à tous, quelque soit son profil.

– Est-elle prise en charge par la Sécurité Sociale et la complémentaire santé ?
Tout dépend du médicament. Plus de 1000 souches homéopathiques bénéficient d’un remboursement, à condition d’être prescrites par un médecin. En outre, de plus en plus de mutuelles proposent une prise en charge pour les médicaments non remboursables, qu’ils soient prescrit par un professionnel de santé ou utilisés en automédication. Quoiqu’il en soit, et c’est là encore un des grands atouts de l’homéopathie, elle est très bon marché, puisqu’un tube de granules coûte en moyenne deux euros.

– Peut-on y avoir recours sans ordonnance ?
Tout à fait. Il suffit de demander conseil à son pharmacien, qui vous orientera vers le médicament adapté. En revanche, si un enfant présente un profil particulier, s’il souffre, par exemple, d’otites ou d’angines récurrentes, il est recommandé de consulter un médecin spécialisé en homéopathie, afin de mettre en place un traitement adapté et personnalisé.

– Doit-on consulter un médecin, si les troubles persistent ?
Si l’état de l’enfant ne s’améliore pas au delà d’un certain nombre de jours, précisés sur la notice ou indiqués par le pharmacien, il est en effet nécessaire de consulter un médecin.

Pour en savoir + : www.boiron.fr

Vous avez aimé cet article ou bien vous voulez réagir ?

Envie de réagir à cet article, de donner votre avis ou de partager votre expérience ? Je prends la parole !

  1. Rocky R. Terry

    Cauchemars, jalousies, peurs, agressivité, problèmes à l’école, pipi au lit… Tous les enfants sont sujets à de petits troubles qui peuvent les complexer et les gêner au quotidien (vie scolaire, familiale, avec les copains…). Pour les aider à s’épanouir et à surmonter leurs difficultés, il existe un remède simple, efficace et naturel : l’homéopathie. Découvrez dans ce livre : – Les grands principes de l’homéopathie : comment ça marche ? – Quel est le profil homéo de votre enfant ? Pourquoi cette médecine lui est si bien adaptée ? – Les étapes du développement de l’enfant : de la naissance à 10 ans, à chaque âge ses particularités. Laissez-lui le temps de grandir tranquillement ! – De A à z, toutes les solutions homéo à ses problèmes psychologiques et comportementaux. C’est facile : quelques granules à laisser fondre en bouche chaque jour, et des conseils en : alimentation, sport, repos, chaque détail compte !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A lire aussi dans la rubrique Ma Famille

Plus d’articles sur MAFAMILLEZEN