Petites questions sur l’Amour des petits et des grands

MaFamilleZen > Ma Famille > Psycho-Famille > La vie en famille > Petites questions sur l’Amour des petits et des grands

Par le

L’Amour. Un mot qui fait battre bien des cœurs, petits ou grands. Mais qu’est-ce que l’amour quand on est enfant ? Comment le vivent les ados à l’heure du virtuel ? Et les parents dans tout ça ? Quel équilibre trouver entre sa vie de famille et sa vie de couple ? Réponses de nos experts, Maryse Vaillant*, psychologue, et Judith Leroy.

L’Amour côté enfants et adolescents

A quel âge peut-on tomber amoureux ?

Dès la maternelle. Donc à tout âge. Et même à la maison de retraite. Cela peut être des emballements fugaces ou des attachements durables. Et dès les premier pas, on tombe amoureux de son papa et de sa maman. Attachements fort durables ceux-là.

Comment les enfants expriment-ils le sentiment amoureux ?

Ils peuvent être agressifs ou maladroits, ne connaissent pas toujours les codes, se cachent, n’osent pas regarder ceux qui les troublent,  écrivent dans leur journal… Bien des amours adolescentes restent secrètes ou se partagent entre filles ou sur le Net. Au téléphone aussi.

Est-ce que les amours de nos ados nous regardent ? Attendre qu’ils nous en parlent ou poser des questions ?

La pudeur et la discrétion sont nécessaires. Les parents ne devraient pas s’en mêler. Juste s’informer sur la vie en général, les intérêts extra scolaires, les amis, sans plus. Celui qui veut se confier le fera. Aucune inquisition !

L’amour et les nouvelles technologies : à l’heure de Facebook, de MSN et des SMS, quels sont les nouveaux modes d’expression des amours adolescentes ?

La communication change. Peut-être fera-t-elle changer les modes d’expression, voire les sentiments. Pour l’instant, le Net permet de proclamer son amour à tout le monde et ainsi d’informer l’intéressé. Ce qui se faisait avant avec les confidences aux copines. Les jeunes sont incités à tout dire sur eux-mêmes à un âge où ils ont besoin de secrets. Ils n’imaginent pas les conséquences de leurs confidences. La notion de séparation entre le privé et le public disparaît, et c’est assez grave. Les parents doivent informer leurs enfants sur le danger de trop s’exposer, sur la nécessité de garder des jardins secrets et de sélectionner rigoureusement ses confidents.

L’Amour côté parents

Les enfants empiètent souvent sur l’intimité du couple. Comment prendre du temps pour soi en dehors des enfants ?

Il s’agit de mettre au point une vraie stratégie d’intimité. Se réserver des weekends en faisant garder les enfants, pour avoir une soirée, une nuit ensemble. Tenir les portes closes, celles des enfants et celle de la chambre parentale. Utiliser les amis, les grands parents, les crèches et les garderies. C’est une question de survie.

Pourquoi est-ce important ?

Il est essentiel que le couple garde une vie amoureuse et ne se laisse pas transformer en parents uniquement. Une vie amoureuse privée et une vie sexuelle privée, qui ne concerne qu’eux et qu’ils doivent tenir à l’écart de leurs enfants. En signalant bien qu’ils ont besoin d’être seuls, d’être entre eux.

Pourquoi est-il important que les parents montrent à leurs enfants qu’ils s’aiment ?

L’amour, ce n’est pas les bisous et les câlins uniquement. Les parents n’ont pas besoin d’étaler leur vie privée devant leurs enfants. Un regard suffit pour montrer qu’on aime quelqu’un. L’écouter, lui donner raison, lui sourire… Les enfants voient tout cela. Ils sentent très bien que les parents tiennent l’un à l’autre. Ou pas.

La Saint-Valentin, fête des amoureux ou fête de l’amour ?

C’est surtout la fête des amoureux qui croient que l’amour c’est le coeur tout chaud et le désir de l’autre. Mais cela peut être également la fête de ceux qui savent que l’amour c’est autre chose, de bien plus complexe, plus profond, plus riche. Chacun peut se saisir de cette fête pour faire un signe de connivence à la personne aimée. Soit une rencontre encore récente et auréolée de désir et de passion, soit un amour profond qui n’a généralement pas trop besoin de se s’exprimer et qui trouve-là une occasion de le faire. On peut être amoureux à tout âge même quand on vit avec quelqu’un depuis longtemps et qu’on ne se murmure pas des mots doux tous les jours.

Y a-t-il un âge pour l’amour ? Avec le boom des divorces, on peut retomber amoureux à 40, 50, 60 ans et plus. Vit-on l’amour différemment selon son âge ?

Pas d’âge. On vit l’amour selon son coeur, son corps et son passé. A tout âge c’est différent, c’est une surprisse, c’est un cadeau de la vie.
Le rapport au sexe peut varier mais le coeur ne vieillit pas vraiment. Moins d’illusion avec l’âge, et encore, pas toujours. Moins de projets c’est certain, ou alors avec humour. Lorsque la rencontre amoureuse est débarrassée de la question de l’enfant, elle est plus sereine.

Cadeaux de Saint-Valentin : Quels sont les gestes qui sont autant de preuves d’amour ? 

Tout d’abord, y penser. Un mot, un baiser, un clin d’œil, une seule fleur, ou un petit bouquet, une carte postale, une invitation à déjeuner ou un rendez-vous surprise en ville pour aller prendre un verre. Même un vieux couple ou un couple « parental » peut se faire une petite fête personnelle à cette occasion. Faire la vaisselle, revenir avec un repas de traiteur, sont aussi des cadeaux si on ne peut pas faire garder ou confier les enfants. Montrer que l’autre compte. Il n’est pas toujours besoin d’offrir un bijou, un parfum, ou tout ce que vante la pub. Montrer que derrière la fête commerciale, on trouve un peu de connivence à deux.

A lire, de Judith Leroy et Maryse Vaillant :

Ma famille mes copains mon école et moi, chez Pocket Jeunesse, 17,50 €.
Commander sur [amazon-product text= »Amazon.fr » type= »text »]2266165585[/amazon-product]

Maryse Vaillant, psychologue clinicienne.
Longtemps spécialisée dans le domaine de l’enfance, de l’adolescence et de la famille, Maryse Vaillant a publié plus d’une vingtaine d’ouvrages, dont L’adolescence au quotidien (Pocket), Pardonner à ses parents, (La Martinière et Pocket), Les violences du quotidien et Quand les violences vous touchent, (avec Christine Laouénan, La Martinière Jeunesse). Récits de divan, propos de fauteuil, comment la psychanalyse peut changer la vie et Entre sœurs, une question de féminité, (avec Sophie Carquain, Albin Michel) et Au bonheur des grands mères (Eres)
Avec sa fille, Judith Leroy, elle a publié, Vivre avec elle, mère et fille racontent (La Martinière, Pocket), Range ta chambre et Cuisine et dépendance affective (Flammarion, J’ai lu) et Ma famille, mes copains, mon école et moi, 160 réponses à mes petites et grands soucis (Pocket Jeunesse)

* Maryse Vaillant nous a malheureusement quitté des suites d’une longue maladie en janvier 2013.

Vous avez aimé cet article ou bien vous voulez réagir ?

Envie de réagir à cet article, de donner votre avis ou de partager votre expérience ? Je prends la parole !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A lire aussi dans la rubrique Ma Famille

Plus d’articles sur MAFAMILLEZEN