Les frères et sœurs doivent-ils s’aimer ?

MaFamilleZen > Ma Famille > Psycho-Famille > La vie en famille > Les frères et sœurs doivent-ils s’aimer ?

Par le

Martine Jouffroy-Valton

La jalousie au sein d’une fratrie est une situation courante. Parfois elle devient excessive et nous, les parents, ne savons plus très bien réagir : intervenir  Punir ? Les forcer à jouer ensemble malgré les problèmes ?

Être jaloux, est ce normal ?

Pour trouver sa place dans la famille, chaque enfant ressent de la jalousie et c’est normal. Il se demande si il est vraiment aimé par ses parents et surtout plus que ses frères et sœurs. La famille est, en fait, le premier groupe social pour trouver notre place dans le monde et savoir comment les autres nous perçoivent.

Comment pouvons-nous, les adultes, réagir ?

Nous devons confirmer à notre enfant que la jalousie est quelque chose de normal. Il ne doit pas essayer de se justifier. En effet, souvent les parents disent qu’ils ne font pas de différence, mais c’est faux. Ils doivent avouer à leur enfant qu’il a raison quand il remarque qu’un de ses frères et sœurs est traité de façon privilégiée. Le mieux est d’expliquer pourquoi plutôt que de ne rien dire.

Quels les comportements devons-nous éviter ?

Ne faites pas croire que vous êtes toujours justes. Nous devons adapter notre attitude à la personnalité de l’enfant et ne pas faire des comparaisons entre eux. Les enfants s’imaginent toujours que, quand ils sont plusieurs, l’amour de leurs parents est divisé. Il vaut mieux expliquer que notre amour grandit en fonction du nombre d’enfants. Nos enfants doivent sentir que papa et maman les portent dans leur cœur, individuellement.

A quels moments devons-nous consulter ?

Nous devons nous alarmer quand l’enfant dit qu’il en a marre ou qu’il a envie de mourir. De plus, si les conflits sont journaliers ou deviennent ingérables,  nous devons réagir rapidement en consultant un spécialiste par exemple.

Quand la jalousie est- elle la plus forte ?

Il y a 3 moments forts : le premier est entre 5 et 6 ans. C’est a ce moment là que l’enfant quitte la petite enfance, pour rentrer au primaire parfois. Il a besoin de savoir si ses parents l’aiment toujours autant.

Puis, entre 12 et 13 ans,  il doit commencer à s’aimer pour lui et faire les choses pour lui.

Enfin, vers 15 et 16 ans, l’adolescent traverse des moments stressants : il doit choisir sa propre destinée. Il fréquente, alors, d’autres ados, garçons et filles, pour recréer une famille, en dehors de la sienne et aimer d’autres personnes que ses frères et sœurs. C’est d’ailleurs ce qu’il a de mieux à faire, car l’autonomie passe aussi par le détachement progressif de sa famille.

Existe-t-il des trucs pour régler cette jalousie ?

On  peut parfois amener l’enfant à décrire une perte d’objet familier et de lui demander ce qu’en penserait sa fratrie : la plupart du temps l’enfant pense qu’elle s’en moque alors que l’on peut lui faire comprendre et sentir que sa fratrie peut en avoir de la peine. De lè, comprendre que perdre son frère ou sa sœur peut être une tristesse et il faut que l’enfant puisse le ressentir de l’intérieur, sans être dans la détresse, bien sûr.

Comment rendre la jalousie positive ?

La jalousie peut être positive si, nous les parents, proposons des règles de respect à nos enfants, comme, nous dire au revoir quand on part le matin, mais aux frères et sœurs, aussi, par exemple. La règle de conduite est alors :  » Tu peux ne pas aimer ton frère ou ta sœur mais il y a des règles à respecter « .

En outre, nous ne devons pas intervenir dans leurs disputes, sauf si il y a un danger pour l’un d’eux. Il faut les mettre face à face dans un espace, sans parent, pour que les choses se règlent. Souvent, par la suite, ils se liguent contre leurs parents et se soudent entre eux, finalement.

Par ailleurs, on peut dire aux enfants que ce n’est pas grave de ne pas s’aimer mais c’est important de se respecter. La différence est de taille.

A lire sur le même sujet :

Fête des mères, fêtes des pères, à chacun son rôle
Famille recomposée : la place du beau-parent
Familles recomposée : les clés de l’harmonie
Petits et gros problèmes familiaux, la thérapie familiale systémique peut vous aider

 

Martine Jouffroy Valton, Coach/Psychothérapeute gestaltiste

Psychothérapeute gestaltiste diplômée du Centre d’intervention gestaltiste de Montréal, Martine a suivi ses études de psychothérapie clinique en 1995 et a elle-même suivi une thérapie de 5 ans avec des psychothérapeutes d’orientation gestaltiste, à Montréal. Cette orientation lui correspond, car elle aide les personnes dans l’ici et maintenant. Elle a accompagné des personnes en fin de vie et des familles touchées par des maladies génétiques ou le SIDA. Elle a, aujourd’hui, une pratique privée de psychothérapie gestaltiste, et de coach parental. Elle a un site Internet sur lequel elle explique davantage ses services, dont le coaching par téléphone ou par courriel moyennant des frais. Pour la joindre : martine@taktic.eu

Vous avez aimé cet article ou bien vous voulez réagir ?

Envie de réagir à cet article, de donner votre avis ou de partager votre expérience ? Je prends la parole !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A lire aussi dans la rubrique Ma Famille

Plus d’articles sur MAFAMILLEZEN