Quelle différence entre scolarité et apprentissage ?

MaFamilleZen > Blog > Mes Enfants > Quelle différence entre scolarité et apprentissage ?

Par Florence Meyer le

qu'est-ce qu'apprendre

Qu’est-ce qu’apprendre ? L’école est-elle le lieu de prédilection des apprentissages ? Comment donner envie d’apprendre ? Est-ce seulement une question de motivation ? Et si la réussite des élèves dépendait des stratégies qu’ils mettent eux-mêmes en place pour réussir… ou pas ? Explications.

Qu’est-ce qu’apprendre ?

Apprendre, c’est prendre avec soi. Le sujet de l’apprentissage, sa vitesse, sa mémorisation, son utilisation, tout cela est variable d’un individu à un autre. Prenons la lecture. De nombreuses méthodes existent et donnent des résultats différents en fonction de l’individu ou de l’objectif. L’utilisation des manuels scolaires, la compréhension des consignes ? Ou l’appropriation de la lecture pour un plaisir de lire ou créatif, comme devenir écrivain ? Tout est possible ! L’apprentissage peut-être un jeu d’enfant ou humblement une réponse à une injonction sociale.

Certains apprentissages sont dits naturels, comme la marche, la parole, la propreté. D’autres se font par choix, pour nourrir une passion ou un objectif. L’envie de grandir, la « soif d’apprendre », accompagnent spontanément l’enfant ou l’ado pour peu que le plaisir-récompense soit au rendez-vous.

Développer le plaisir d’apprendre

Pour avoir envie d’apprendre, il faut développer la curiosité chez nos enfants, l’autonomie, la connaissance de ses ressources propres et la confiance en soi. Les mettre en situation pour qu’ils connaissent leurs fonctionnements, leurs émotions, leurs besoins face à des situations, est très important. Que faire si le plaisir n’est pas là ?

Je me souviens d’une petite fille qui refusait de faire un puzzle si elle n y arrivait pas spontanément. « J’aime pas les puzzles !!! « , disait-elle. « Je comprends « , lui dis-je,  » tu es triste de ne pas réussir tout de suite et vite. Je te propose une autre histoire. On considère que tu as réussi toute cette partie car tu l’as fait vite, et on laisse le reste jusqu’à demain. Tu refais plus vite ce que tu sais déjà faire et on rajoute juste vite quelques pièces pour voir si c’est possible « . J’inclus le paramètre vitesse-réussite, et celui de la réussite totale en plusieurs fois. Le lendemain le puzzle était terminé, et son enthousiasme pour le puzzle était revenu.  » Tu vois, tu croyais que tu n’aimais pas et que tu ne réussirais pas, et tu t’es trompée. Tu as trouvé un autre chemin pour être joyeuse de réussir : soit tu fais vite une partie, soit tu fais tout en deux fois « .

Valoriser les questionnements sur les chemins à prendre peut se faire à tous les âges ! Il m’arrive fréquemment de demander à un élève qui n’aime pas les maths :  » si tu avais 13 de moyenne en mathématiques, commencerais-tu à aimer les maths ?  » Et vous ? Quelle est votre stratégie avec les sudoku ou les mots croisés ?

Quelle différence entre apprentissages et scolarité ?

Les apprentissages commencent dès la naissance, pour ne pas dire in utéro, et se poursuivent toute la vie. La scolarité est une somme ou une combinaison d’apprentissages, d’automatismes, de règles, de cadre. Pour réussir un exercice de mathématiques, il faut savoir lire les lettres, les chiffres, comprendre les consignes, parfois les symboles abstraits, les opérations simples, avoir un raisonnement, une  logique, etc…La scolarité est donc complexe et met en jeu des compétences cognitives comme l’attention, la concentration, la perception, la compréhension, la mémoire, les liens qui permettent les associations etc…Contrairement aux apprentissages, la scolarité n’est pas choisie. Elle est parfois subie. Elle répond à une norme institutionnelle, une attente sociale.

Il est fréquent que des élèves répètent à l’envi « cela ne nous intéresse pas », « on ne voit pas à quoi ça sert, ni à quoi ça va servir ». La culture est rarement un critère intéressant pour l’élève. Donner du sens aux apprentissages, se projeter dans l’avenir s’apprend, car à cet âge c’est le plaisir immédiat qui passe avant tout.

Savoir s’évaluer pour éviter les résultats aléatoires

Quel que soit le contenu de ce que l’on apprend, la note obtenue n’est pas toujours celle imaginée. Entre le résultat espéré, celui qui est probable, et la note obtenue, il peut y avoir un gap énorme.  » Dans mes rêves, je peux espérer avoir 19 à mon interro de maths. En fonction de mon niveau ou de l’état de mes révisions, je m’évalue à 13/20. Finalement dans le réel, je n’ai que 9 à mon contrôle « . Parfois l’inverse se produit, le résultat est meilleur qu’attendu ou espéré. Toutefois, sans connaître les raisons de cette réussite, la reproduction peut s’interrompre.

Juger c’est souvent se tromper…

Quand un élève ne réussit pas, il est facile de le juger sur sa motivation, son manque de travail ou d’analyse. C’est souvent beaucoup plus complexe ! Il est utile de considérer tous les paramètres afin de pouvoir s’auto-évaluer avec le plus de justesse possible. Dans quel but ? Eviter les croyances du style  » mon prof ne m’aime pas « ,  » je suis nul « , «  j’ai pas de chance« … Les jugements comme  » il le fait exprès « ,  » il est fainéant « … Ou bien les comparaisons avec les autres élèves ou sa propre scolarité, etc… Le  » c’est pas de ma faute  » est plus juste et signale tout simplement le manque de confiance en soi et de maitrise de la situation. Une analyse fine des paramètres cognitifs mérite d’être faite avant de conclure que votre enfant vous veut du mal.

Comment optimiser les apprentissages et la scolarité

En utilisant la métacognition par exemple. Qu’est-ce que c’est que cette bête là ? C’est un peu comme si votre enfant était deux personnes à la fois : l’élève et le prof. La partie prof regarde le côté élève travailler, et lui fait des remarques critiques sur son travail. C’est la recherche du comment faire varier ce ou ces paramètres pour améliorer le résultat.

Un exemple : l’élève fait un test lui-même, avec et sans téléphone à proximité de son bureau, plutôt que sur injonction du parent. Il voit le résultat sur sa note. Le fait de ne pas être dérangé par les notifications de ses amis pendant qu’il travaille peut ou non être aidant.

Cette technique n’est ni intuitive ni spontanée, le parent peut proposer des questions ou des remarques bienveillantes : « J’ai l’impression que quand tu travailles le matin, c’est mieux. Qu’en penses tu ? » Vous ne devez pas attendre la réponse, c’est à l’élève d’avoir cette réflexion. L’idée est d’éliminer à tout prix le subjectif : «  c’est pas de ma faute ! ou je suis nul(le) dans cette matière « .

Si malgré un regard critique sur son travail, l’élève n’arrive pas à améliorer ses résultats, un coach pédagogue est une solution que nous préconisons. En effet, travailler avec un professionnel des apprentissages fait prendre conscience à l’élève de ses fonctionnements répétitifs, et élimine les questions sur l’intelligence ou les regards d’incompréhension, de peur, des parents, qui ternissent la relation parent-ado.

En conclusion…

Quelles que soient les générations et les circonstances, il y a toujours des élèves qui réussissent et d’autres pas. Il s’agit de comprendre les stratégies que l’élève met en place instinctivement pour réussir, ou à contrario, éviter de réussir. Tous les élèves ont envie et peuvent réussir. Tenir compte de ce postulat permet de porter un regard analytique sur les situations rencontrées, et non critique sur la personne.

Florence Meyer est la fondatrice de Quokka, une association qui accompagne les parents et les ados sur les sujets liés à l’adolescence. Communication, apprentissages, orientation sont les basiques. De nouveaux liens se créent pour que parents et ados grandissent ensemble. Quokka organise des rencontres, des conférences, des ateliers, pour que ça soit plus facile d’être parent d’ado !

Pour contacter l’association :  quokkaparent@gmail.com
Quokka sur Facebook
Plus d’informations sur www.quokka.fr

Vous avez aimé cet article ou bien vous voulez réagir ?

Articles en relation

Envie de réagir à cet article, de donner votre avis ou de partager votre expérience ? Je prends la parole !

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A lire aussi dans la rubrique Mes Enfants

Plus d’articles sur MAFAMILLEZEN