Buzz l’éclair, génie à demi

MaFamilleZen > Blog > Ma Famille > Buzz l’éclair, génie à demi

Par Bénédicte Flye Sainte Marie le

Près de trois décennies après la sortie sur grand écran du premier Toy Story, en 1995, le célèbre astronaute Buzz l’éclair a droit à son spin-off. Une aventure très… spatiale qui brille par son humour et son graphisme, mais pêche un peu en matière de scénario. Buzz l’éclair le film, à voir au cinéma dès le 22 juin.

Buzz l’éclair le film : l’histoire

Buzz l’éclair n’est pas seulement l’un des jouets préférés du petit Andy, devenu grand, des quatre volets de Toy Story. Il a une existence autonome, et c’est ce que ce raconte ce film, préquel des long-métrages de la célèbre franchise d’animation, qui se déroule entre 3902 et 4017.

Au début de celui-ci, Buzz, soldat de l’unité d’élite du Space Ranger Corps censé protéger la galaxie a atterri avec sa commandante et grande amie Alisha Hawthorne et leur équipage sur une planète hostile, peuplée de plantes agressives et d’insectes monstrueux, à 4, 2 millions d’années-lumière de la Terre. Obnubilé, il ne songe qu’à parvenir à franchir avec sa navette le seuil de l’hypervitesse, afin de permettre à tous ces exilés de revenir dans leur monde originel. Mais il ne cesse d’accumuler les échecs et réalise à chaque fois qu’il remet le pied au sol, que tous ceux qui y sont restés ont évolué et vieilli alors que lui reste toujours bloqué au même âge. Alisha trouve ainsi l’amour avec une nouvelle compagne, se marie, a un fils, celui-ci grandit puis est devient père à son tour… Soixante-deux ans s’écoulent ainsi.

Un jour, lors de l’un des énièmes retours de Buzz l’éclair, celui-ci apprend qu’Alisha est décédée et qu’il n’aura plus jamais avec elle ces conversations qu’il affectionnait tant. Il est esseulé, triste et sa quête, difficile à mener, va devenir plus rude encore à partir du moment où il va être confronté à l’empereur Zurg, un odieux despote qui fait régner la terreur avec ses robots tueurs. Heureusement ou malheureusement, il va pouvoir compter dans cette bataille sur une petite escouade d’alliés, dont les membres ne sont objectivement pas très doués, mais débordent de bonne volonté, parmi laquelle on trouve Izzy, qui se trouve être la petite-fille de la regrettée Alisha et ses complices, Morisson, Mo, Steel et Darby…

A partir de quel âge ?

6-7 ans. Il n’y aucune violence ou autre qui pourrait effrayer les plus jeunes mais la trame narrative et les messages que Buzz l’éclair s’efforce de transmettre, par exemple la stérilité des comportements individualistes, sont assez compliqués, donc pas forcément à la portée des tout-petits.

L’avis de MAFAMILLEZEN

Il y a du très bon et du (un peu) moins bon dans ce Buzz l’Eclair. Dans la colonne des plus, on trouve sans surprise chez Disney-Pixar une qualité d’animation impeccable qui ne détonne pas par rapport aux autres opus de la firme, et qui fait qu’on se laisse emporter. On a la sensation d’un mariage, risqué mais harmonieux, entre Toy Story et La guerre des étoiles.

La brochette de personnages qui a été composée pour ce récit contribue aussi à rendre ce long-métrage attachant, avec une mention spéciale évidemment et une affection particulière pour l’irrésistible chat droïde Sox. S’il est censé n’être qu’une bête machine programmée pour tenir compagnie à Buzz, le matou électronique fait néanmoins preuve de répartie, d’une bonne dose de drôlerie et d’un sens certain de l’initiative, ce qui sauvera souvent la mise à son compagnon humain…. La troupe de guerriers « pieds nickelés » dont hérite notre héros à la moitié du film est aussi très sympathique, notamment Darby Steele, l’ex-taularde musclée du troisième âge dont le doublage en français par Chantal Ladessou ne peut que vous arracher des éclats de rire.

L’évolution du héros, Buzz est également intéressante. Le pro du cosmos, qui est départ une sorte de créature testostéronée, arrogante, égocentrée et obsédée par son objectif, au point d’oublier de vivre et ne pas se rendre compte que monde n’a pas besoin de lui pour tourner, va devenir au fur et à mesure plus humble, plus humain et comprendre que la force réside dans le collectif.

En revanche, ce qui est nettement moins réussi, c’est la lisibilité de ce film : très peu d’explications, même lorsque l’on progresse dans l’histoire, nous sont données sur ce qui a conduit à ce que Buzz et ses semblables soient bloqués dans un univers qui n’est pas la leur. Et les fans de Toy Story pourront regretter enfin qu’on n’y retrouve pas davantage d’allusions et de clins d’œil à leur saga favorite, hormis les écrans noirs du début et le gimmick « A l’infini et au-delà » qui revient plusieurs fois…

Buzz l’éclair, d’Angus McLane avec les voix françaises de François Civil, Chantal Ladesou et Tomer Sisley, 1h40, sortie le 22 juin 2022.

Vous avez aimé cet article ou bien vous voulez réagir ?

Articles en relation

Envie de réagir à cet article, de donner votre avis ou de partager votre expérience ? Je prends la parole !

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Plus d’articles sur MAFAMILLEZEN