La CNV à l’école : la solution pour enseigner (et étudier) en paix ?

MaFamilleZen > Blog > Mes Enfants > La CNV à l’école : la solution pour enseigner (et étudier) en paix ?

Par Brigitte Valotto le

CNV Communication Non Violente à l'école

Les profs seraient de plus en plus nombreux à vouloir se former à cette technique de communication inventée par Marshall B.Rosenberg. Mais la Communication Non Violente (CNV) est aussi un outil que peuvent utilement manier les élèves entre eux… pour des rapports pacifiés entre tous les protagonistes de la classe !

Alors que j’arrivais dans une classe de CE2-CM1 pour animer la troisième séance d’un atelier, l’enseignant était en train d’invectiver un élève sur le mode : « Tu es incorrigible, tu arrives toujours en retard, que vais-je faire de toi ?” raconte Marjorie Danna, formatrice en intelligence relationnelle, qui vient de sortir un livre à l’intention des enfants, mais aussi des parents et enseignants, pour les initier à la Communication Non Violente (CNV)*. Celle-ci se base sur quatre piliers baptisés OSBD : Observation, Sentiments, Besoin, Demande.

De la tension… aux embrassades !

“J‘ai proposé à l’enseignant et à l’élève de rejouer cette scène selon ce processus : « Quand tu arrives 4 fois en retard cette semaine (O), je me sens impuissant, en colère et inquiet (S) car c’est important pour moi de contribuer à ta progression (B), est-ce que tu comprends ce qu’il se passe pour moi ? (D). Et l’enfant de répondre : Quand vous me dites que vous voulez m’aider à progresser (O), je suis surpris et… très ému (S), je ressens le besoin de vous remercier (B), est-ce que je peux vous faire un câlin ? (D)”. Je vous laisse imaginer l’émotion que nous avons ressentie à ce moment-là ! Un moment magique et un joli cadeau pour tous les élèves, qui se sont levés et ont applaudi à n’en plus finir !

Pour multiplier ce type de moments, Marjorie Danna participe à la réalisation d’une mallette pédagogique qui accompagnera son livre, “Sam et le Pouvoir des Mots”, pour les enseignants désireux de mettre en pratique la CNV dans leurs classes.

La meilleure façon de faire de la prévention…

Une démarche qui se ferait de plus en plus fréquente : “Quand j’ai démarré il y a 10 ans, les enseignants qui voulaient se former à la Communication Non Violente le faisaient sur leurs propres deniers et leur temps de vacances ! Désormais, l’éducation à la non-violence et à la paix est inscrite à leur programme, et la formation continue en CNV se développe beaucoup grâce à l’association Déclic CNV Education** ».

Chaque semaine, nous avons une à deux demandes d’établissements scolaires qui veulent former l’ensemble de leur équipe”, confirme Catherine Schmider, co-fondatrice et coordonnatrice nationale de l’association. Cette ancienne enseignante développe désormais la “CNV au service de l’éducation” au niveau national. “Notre volonté est de former les adultes pour que les enfants apprennent par imprégnation, et nous travaillons pour qu’elle soit un jour intégrée dans la formation initiale des enseignants du premier et second degré, du personnel de la vie scolaire, du chef d’établissement aux infirmières en passant par les dames de la cantine ou les inspecteurs… c’est la meilleure façon de faire de la prévention ! Dans certaines académies, la Communication Non Violente entre désormais dans les formations continues, elle est connue et reconnue par l’Education Nationale, citée dans un guide pour une justice scolaire réalisée par le ministère.

Des relations plus saines

Avec des bénéfices reconnus pour les élèves comme pour leurs professeurs. “Ce sont des enseignants qui demandent aux enfants, le matin, comment ça va ; ils instaurent des temps hebdomadaires de régulation de la vie de la classe, gèrent les conflits entre enfants par la médiation, n’ont plus recours aux punitions, font évoluer la pédagogie dans leur classe”, résume Catherine Schmider. Des changements positifs que Marjorie Danna a pu observer au fil des ateliers : “Chacun se sent entendu et respecté, ce qui permet de développer l’estime et la confiance en soi. La confiance en l’autre grandit aussi, et la coopération : ce qui n’évite pas les conflits, mais les transforme en occasions de mieux se connaître et se comprendre. Les relations deviennent plus saines, authentiques et harmonieuses, tant dans la relation élèves/enseignants qu’entre les élèves !

Plusieurs études de recherche en neuro-pédagogie auraient démontré que la qualité de cette relation influence sensiblement les résultats des élèves… et la satisfaction de leurs maîtres ! Ils sont nombreux à en témoigner, du primaire au lycée, et l’association Declic a mis plusieurs témoignages en ligne sur sa page facebook, en décembre dernier. Mais celui qui a le plus marqué Catherine Schmider, c’est sans doute ce prof qui lui a avoué : “La CNV a totalement changé ma vision du métier de prof, que j’allais quitter … et où je vais rester, car elle m’a donné un moyen pour communiquer avec des êtres humains dont j’étais complètement coupé !

*”Sam et le Pouvoir des Mots”, écrit par Marjorie Danna et illustré par Nicolas Haverland, collection “Les Aventures de Madame Com Com”, éditions Pera, dès 7 ans, 13,50€. Commander
**https://www.declic-cnveducation.org/
***https://www.facebook.com/DeclicCNVeducation

Pour aller plus loin :
50 activités bienveillantes pour découvrir la Communication Non Violente, pour les 6-9 ans, chez Larousse, 7,95 €. Commander sur Amazon ou la FNAC.

Vous avez aimé cet article ou bien vous voulez réagir ?

Articles en relation

Envie de réagir à cet article, de donner votre avis ou de partager votre expérience ? Je prends la parole !

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A lire aussi dans la rubrique Mes Enfants

Plus d’articles sur MAFAMILLEZEN