Et si votre ado était victime de sexting ?

MaFamilleZen > Blog > Mes Enfants > Mon ado (11-18 ans) > Psycho-Éducation > Et si votre ado était victime de sexting ?

Par le

harcèlement ado

Les réseaux sociaux n’ont pas fini de faire des ravages… après le harcèlement, le cyber-harcèlement, voici encore pire : le sexting. Pire ? oui parce que le risque de suicide du jeune qui est touché est multiplié par 10… Alors quels sont les risques du sexting, et comment aider l'ado qui en est victime ?

Le sexting, nouvelle forme de cyber-harcèlement ?

Laura, 13 ans, ne veut plus retourner au collège. Ses parents ont essayé de la forcer, de la porter, de la tirer, de la pousser… ça ne sert à rien. Ses parents sont très inquiets : ils n’ont jamais vu leur fille dans cet état-là. Ils insistent pour savoir ce qui se passe… elle refuse de parler… Ils insistent encore. Elle finit par craquer : il y a quelques mois, avec sa meilleure amie Anna, celle qu’elle connait depuis la maternelle, elles ont fait une « photo confiance » : chacune a envoyé à l’autre une photo dénudée… « parce qu’on est les meilleures amies du monde… et que jamais on trahira notre confiance… c’est la preuve. ». Enfin Laura a envoyé sa photo, Anna continue de promettre… Sauf qu’il y a 8 jours, elles se sont disputées… gravement. Et pour se venger, Anna a diffusé la « photo confiance » de sa copine sur le groupe Snapchat de la classe… qui l’a diffusée à tout son réseau. Maintenant, au collège, tout le monde traite Laura de « sale pute » de « fille facile », de « tepu »… Même son meilleur ami l’insulte. Laura est victime de sexting.

Les parents de Laura ont deux façons possibles pour réagir :

Mon ado est la cible : est ce que je le punis ?

Soit ils disputent Laura pour cette photo dénudée qu’elle a envoyée… Ils lui rappellent « oh combien elle est inconséquente »… « que bien évidemment que ça allait se terminer comme cela »… et pourquoi pas « qu’elle a bien mérité ce qui lui arrivait… que la leçon lui servirait pour le reste de sa vie »… Oui MAIS… Le sexting peut faire des ravages. Peut être qu’il n’y aura PAS de « reste de de sa vie » : en effet, Laura, attaquée de toutes parts, a tous les risques de ne voir qu’une seule issue pour  : le suicide.

Mon ado est la cible : est-ce que je le soutiens ?

Soit les parents de Laura, victime de sexting, l’entourent et la soutiennent. Ils ne portent aucun jugement sur ce qu’elle a fait… car franchement elle l’a bien compris déjà, Laura, qu’elle n’aurait jamais dû envoyer cette photo explicite via son téléphone portable. Ce dont elle a besoin, à ce moment, c’est d’alliés. De parents qui lui disent « toi tu n’as absolument rien fait de mal », «  la fautive, pour le coup, c’est Anna. Qu’elle n’avait aucun droit de diffuser cette photo intime, que c’est une grave atteinte à sa vie privée. Et que les autres, ceux qui se sont moqués ou ont partagé sont tout aussi fautifs », « toi tu n’as pas à avoir honte. Si c’est difficile pour toi, nous allons trouver quelqu’un qui t’aidera à ne pas prêter le flanc à ce qui se passe ». Qu’ils comprennent que Laura vit la pire des trahisons et qu’il est tout à fait normal qu’elle le vive très mal. Avec de l’empathie, on peut éviter le pire.

Lire aussi : Harcèlement à l’école : 100 % des élèves et des parents 

Faut-il porter plainte quand on est victime de sexting ?

Pour qu’une plainte pour cyber harcèlement soit entendue, il faut qu’il y ait des preuves. C’est la raison pour laquelle il est important que la ou le jeune concerné par fasse des copies écran des photos dénudées de lui ou d’elle diffusées sur les réseaux sociaux. Or l’ado qui découvre qu’on l’a trahi n’en parle généralement pas… en tous cas pas tout de suite. Il veut oublier, gommer… et risque au contraire d’effacer les photos intimes et les messages à caractère sexuel ou il est incriminé. La plainte pour harcèlement risque alors d’être classée sans suite, et cela, c’est terrible pour la famille qui ne se sent pas reconnue comme victime.

Alors que faire ?

Il est fondamental d’en discuter avec son ado. Ne jamais prendre de décisions pour lui, mais AVEC lui : « et toi, que veux-tu faire ? rester dans ce collège ou en changer ? que l’on porte plainte ou non ? ». Et surtout, insister pour qu’il consulte un professionnel formé à accompagner ces situations de cyber harcèlement à caractère sexuel : même s’il semble injuste que ce soit la victime de sexting qui consulte, cela lui permettra de ne pas être détruit pas cette histoire, et de retrouver confiance en lui… et en la vie !

Vous avez aimé cet article ou bien vous voulez réagir ?

Articles en relation

Envie de réagir à cet article, de donner votre avis ou de partager votre expérience ? Je prends la parole !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A lire aussi dans la rubrique Mes Enfants

Plus d’articles sur MAFAMILLEZEN