Sauriez-vous rétablir l’e-reputation de vos enfants ?

MaFamilleZen > Mes Enfants > Mon ado (11-18 ans) > Nouvelles technos > Sauriez-vous rétablir l’e-reputation de vos enfants ?

Par le

Un parcours long, complexe et coûteux attend ceux qui veulent effacer ou noyer des données dérangeantes sur le web. Alors comment sensibiliser les plus jeunes à une utilisation responsable d’Internet en amont ? Et quand les données perso, photos flatteuses ou propos déplacés sont gravés sur la toile, quels recours ?

Emmanuel, 14 ans, est élève de 4ème. Dans la cour de son collège en début d’après-midi, il est victime d’une agression et fond en larmes. Un élève de 5ème a filmé cette scène avec son téléphone portable et l’a diffusée sur Internet en indiquant le nom complet de la victime. Ces images poursuivront-elles Emmanuel tout au long de sa scolarité et de sa vie professionnelle ?

Que dit-on de vos enfants sur Internet ?

Poster CNILSur Internet, sans réflexion, deux clics ruinent une réputation. Mais d’autres clics bien pensés évitent les catastrophes.
Le premier réflexe consiste bien sûr à « googliser » régulièrement le nom de votre enfant. Si vous préférez être au courant en temps réel, les alertes Google vous adressent un message dès que le nom apparaît sur Google web, Google image ou Google vidéo. Pour aller plus loin, Blogsearch furète sur les blogs et la case « recherche » de Twitter donne parfois des résultats surprenants. Les alertes sont d’autant plus utiles qu’un recours rapide a plus de chance d’aboutir.

Comment réagir si un contenu indésirable relatif à votre enfant apparaît ?

Etape 1. S’adresser à Google, Youtube ou Dailymotion

Google accepte de déréférencer un contenu si celui-ci est clairement illicite (diffamation, injure, atteinte au droit à l’image, atteinte au droit et au respect de la vie privée). Mais « Google n’est pas propriétaire du Web et ne peut donc pas supprimer son contenu » dixit le support, récemment doté de vidéos explicatives.
Un rappel utile : selon la loi française, toute personne est propriétaire de son image. Les deux parents doivent donner leur accord pour la diffusion de l’image de leur enfant quand il est mineur.

Etape 2. Procéder à l’amiable auprès du webmaster ou de la société qui héberge le site

Le plus simple est d’intimer celui qui a mis les propos, l’image ou la vidéo de retirer le contenu litigieux.
Justement, la CNIL (qui travaille actuellement sur le droit à l’oubli) propose un modèle de courrier destinée à exiger la suppression du contenu. Pratique !

Etape 3. Porter plainte

Si le responsable ne réagit pas au bout de deux mois, la CNIL peut prendre le relais à l’aide de la juridiction très stricte sur la protection des données personnelle.
En cas de harcèlement moral, il s’agira alors de déposer plainte auprès de la police ou du tribunal de grande instance.
Si le site qui héberge le contenu litigieux se trouve en dehors de l’union européenne, il est possible de saisir la justice locale mais la démarche est généralement lourde, coûteuse et les résultats incertains.

Pour éviter les tribunaux, quelles précautions conseiller ?

cnil methodoCertaines pratiques pourraient paraître anodines et amusantes pour de jeunes adolescents mais leurs conséquences s’avèrent souvent préjudiciables. Quelques conseils de base :

Ne pas renseigner sur les réseaux sociaux des informations personnelles comme son adresse, ses goûts, sa religion, etc. Toutes ces données constituent l’identité numérique et par contrat, elles appartiennent au réseau social. Facebook stocke et garde en mémoire toutes les données qu’on y inscrit, même lorsqu’on les supprime, photos, messages et chats privés inclus. Enfin, Facebook est interdit aux moins de 13 ans.

Ne pas publier des impressions négatives sur son école, une personne ou une institution. Bref, ne rien poster que l’on pourrait regretter.

Ne pas participer à des groupes malveillants envers des particuliers ou des organismes.
Le site Jeunes CNIL propose 12 fiches pédagogiques et 13 fiches méthodologiques… susceptibles d’être affichées derrière l’ordinateur.

Le code pénal s’appliquant à partir de 13 ans, les parents sont responsables de ce qu’écrivent les mineurs. Ils ont donc un droit de regard sur ce que publient leurs e-enfants. En l’absence de surveillants dans cette immense cour de récréation que constitue le cyber-espace, trois mots d’ordre restent à marteler : prudence, vigilance et en cas de litige… patience.

Pour aller plus loin :

Vidéos « choc » à voir en famille :

Axa propose une protection familale intégr@le

Campagne Cnil : réfléchissez avant de cliquer

Le serious game pédagogique :
www.2025exmachina.net/jeu

Deux excellents ouvrages pratiques :
Internet sans danger. Le Guide du bon sens numérique, Virginie Sillier, Bayard, 2013, 9,90 € sur [amazon-product text= »Amazon.fr » type= »text »]2227486333[/amazon-product].
Internet, mes parents, mes profs et moi. Apprendre à surfer responsable, Christophe Bustraen, Editions De Boeck, 2012, 12 € sur [amazon-product text= »Amazon.fr » type= »text »]2804170551[/amazon-product].

 

A lire sur le même sujet :

Réseaux sociaux sécurisés : sont-ils fiables et adaptés aux enfants ?
Ados et réseaux sociaux, est-il possible de vivre sans Facebook ?
Facebook, une application pour sensibiliser les enfants aux dangers du Net.
e-enfance lance un espace dédié aux familles.
Jeunes et Internet, une passion à risques.
Dispositif de lutte contre le cyber-harcèlement entre élèves.
Dangers du Net, NetEcoute 0820 200 200 lance la première fiction interactive.

 

Le harcèlement scolaire, votre enfant l’a vécu, ou bien vous l’appréhendez ?
Rendez-vous sur le FORUM DE DISCUSSION pour échanger avec d’autres parents sur ce sujet qui fait peur à tous les parents.

Retrouvez plus d’article sur la famille, la psychologie de l’enfant, l’éducation
dans la rubrique EDUCATION & PSYCHO

Vous avez aimé cet article ou bien vous voulez réagir ?

Envie de réagir à cet article, de donner votre avis ou de partager votre expérience ? Je prends la parole !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A lire aussi dans la rubrique Mes Enfants

Plus d’articles sur MAFAMILLEZEN