Argent de poche : mon ado est un vrai panier percé

MaFamilleZen > Ma Famille > Psycho-Famille > La vie en famille > Argent de poche : mon ado est un vrai panier percé

Par le

Alors qu’il est censé avoir atteint l’âge de raison depuis un petit moment, votre ado reste totalement immature par rapport à son argent de poche, qu’il dilapide sans compter ! Comment lui apprendre à grandir dans ce domaine ?  Nos conseils pour transformer votre graine de flambeur en gestionnaire (plus) avisé.

epargne sur compte Livret A, avec billets de 50 euros et pièces de monnaie

Votre ado dépense son argent sans compter ? Comment le responsabiliser ?

Ados et argent de poche : comment les responsabiliser ?

En matière d’argent de poche, il y a les cigales et les fourmis. Certains de nos ados font bon usage des euros qu’ils reçoivent, en les entamant avec parcimonie. Ou en les épargnant en vue de concrétiser plus tard de grands projets (achat d’un smartphone, premières vacances entre potes sans les parents). D’autres les consument en moins de temps qu’il n’en faut pour le dire. Souvent d’ailleurs pour des broutilles dont ils se désintéressent sitôt qu’elles entrent en leur possession, ou presque.

C’est ensuite Papa et Maman qui sont mis à contribution très régulièrement. A chaque fois que leur progéniture se retrouve à sec ! Pour ne pas se transformer en véritables « distributeurs automatiques ». Et pour éviter que ce problème de gestion de son argent de poche ne s’installe sur la durée, il faut d’abord responsabiliser son ado. En arrêtant de lui donner du liquide au coup par coup, chaque fois qu’il en demande. Mieux vaut calculer le juste budget dont il a besoin par mois ou par semaine. En fonction de son quotidien. Pour ses dépenses de vêtements, de transport, de petit alimentaire, de fournitures et autres. Et lui confier ensuite cette somme pour qu’il la gère seul.

S’il gaspille tout son argent en deux jours ensuite, ne prenez pas l’habitude de compléter. Ou d’aller rembourser à sa place les « dettes » qu’il aurait contractées auprès de ses grands-parents, tontons, tatas, cousins ou copains… Le laisser piloter ses sous de façon automne est le seul moyen efficace de lui fixer un cadre et des limites. C’est utile maintenant, mais également pour plus tard. Cela limite en effet les risques que l’ado prodigue qu’il est aujourd’hui ne devienne un adulte ayant un rapport pulsionnel à l’argent.

De l’importance de désirer les choses

Au niveau éducatif, même si c’est un peu tard pour y penser si cela n’a pas été fait avant, acceptez de le soumettre à la frustration. Hors argent de poche, ne dégainez pas votre carte bleue chaque fois que votre ado exprime le moindre souhait. Du seau de pop-corn XXL au ciné. A la casquette de rappeur tellement « staïle » qu’il vient de voir en vitrine. En passant par ce sac à dos qu’il lui faut absolument pour le collège car le sien est un peu taché. Si vous cédez à tous ses desiderata, il y a peu de chance qu’il parvienne à réfléchir à la valeur de l’argent. Ou à la différence entre un achat nécessaire et un achat compulsif. Et c’est tout aussi important de lui apprendre à patienter avant d’obtenir ce qu’il veut…

Dès 14-15 ans, il est possible enfin d’inciter votre ado à commencer à gagner sa vie. Par exemple en allant faire du baby-sitting. En aidant des enfants plus jeunes à faire leurs devoirs. Ou en rendant service à des personnes âgées. Le fait d’obtenir un « salaire » personnel l’incitera sûrement à être plus vigilant avec son argent qu’il ne l’était avec le vôtre.

Enfin, s’il possède une carte bancaire, vous pouvez fixer avec votre conseiller un montant de retrait maximal à ne pas dépasser.

Découvrez d’autres articles sur les parents people, la famille, l’éducation
dans notre rubrique EDUCATION & PSYCHO

Vous avez aimé cet article ou bien vous voulez réagir ?

Envie de réagir à cet article, de donner votre avis ou de partager votre expérience ? Je prends la parole !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A lire aussi dans la rubrique Mes Enfants

Plus d’articles sur MAFAMILLEZEN