Frankenweenie, un beau conte d’Halloween

MaFamilleZen > Ma Famille > Sorties en famille > Cinéma > Frankenweenie, un beau conte d’Halloween

Par le

Film d’animation en 3D
A partir de : 8 ans
Sortie au cinéma : le 31 octobre 2012
Réalisé par : Tim Burton
Durée : 1h27
Avec les voix originales de : Catherine 0’Hara, Martin Landau, Winona Ryder…

Troisième long métrage d’animation réalisé en stop motion (image par image) par Tim Burton après Les Noces funèbres et L’Etrange Noël de Monsieur Jack, que je vous invite à revoir. Tourné en noir et blanc, Frankenweenie rappelle les classiques du cinéma d’horreur qui ont marqué l’enfance du réalisateur.

Pour qui ?

Pour tous, à partir de 8 ans. Car même s’il revisite le mythe de Frankenstein, le film de Tim Burton est beaucoup moins effrayant, plus tendre et plus poétique que son modèle. Les enfants vont adorer Victor, le petit héros solitaire et passionné par la science qui défie les lois de la nature pour réaliser son rêve. Et les parents pourront y retrouver des références à la cinémathèque de leurs jeunes années, de King Kong à Batman. Un très beau film familial.

L’histoire du film

Après la mort accidentelle de Sparky, son chien adoré, Victor utilise les enseignements de son professeur de sciences pour ramener à la vie son meilleur ami. Il cache à son entourage son compagnon ressuscité mais légèrement rafistolé dans son grenier à expériences. Jusqu’au jour où ses camarades de classe découvrent la chère créature et volent à Victor son secret pour gagner le premier prix au concours de sciences de l’école. L’acharnement expérimental des enfants va avoir des conséquences monstrueuses pour la petite ville de New Holland, jusqu’alors si paisible…

 

L’avis de MAFAMILLEZEN

Frankenweenie est LA grande aventure de Tim Burton, un film entièrement basé sur ses souvenirs d’enfance qui fait la part belle aux fictions des années 30 qui ont nourri son imaginaire. Car à force de donner vie aux rêves les plus fous de ses héros, le réalisateur a fini par réaliser le sien : faire un travail de mémoire très précis pour reconstituer la banlieue de Los Angeles proprette et triste où il a grandi, les souvenirs parfois terrifiants qu’il a gardé de l’école, et la relation particulière qu’il a eue avec un petit chien lorsqu’il avait l’âge de son héros. Victor, le gamin inventif et cinéaste en herbe de film d’horreur, c’est lui.

A 10 ans Tim Burton tournait déjà en super 8, s’imaginait en savant fou et rêvait de tenir au cinéma le rôle de Godzilla… Ses camarades le trouvaient bizarre, et il le leur rendait bien ! Ce sont donc des personnages bien réels qui ont inspiré Elsa, la drôle de fille gothique et mélancolique, Toshiaki, le petit scientifique assoiffé de pouvoir, Edgar « E » Gore, l’ami maladroit qui fait tout foirer sans le vouloir… ou encore M. Rzykruski, le professeur adulé qui rappelle avec raison que la science peut être capable du meilleur comme du pire. Le pire, en effet, va se produire sur les hauteurs de New Holland, dans l’inquiétant cimetière d’animaux qui voit soudainement ses tombes se vider… Les manipulations hasardeuses des camarades envieux de Victor vont engendrer des créatures monstrueuses : tortue géante, chat vampire, rat-garou et une armée de créatures des mers ravageuses qui vont mettre le feu aux poudres de la fête annuelle de la ville… et des milliers d’étincelles dans nos yeux de spectateurs ébahis !

Chers parents, n’ayez donc aucune réticence à emmener vos enfants voir ce petit bijou d’humour noir, ode magnifique et sensible au cinéma de toujours, qui mêle la technique artisanale du stop motion à celle de la 3D. Et qui donne vie, texture et vérité aux marionnettes en silicone conçues par le génial réalisateur et son équipe. N’ayez pas peur de les faire frissonner, car comme l’a rappelé Tim Burton lors d’une conférence de presse donnée avant la sortie du film, « les adultes oublient bien souvent que l’enfance se construit avec des peurs, des images sombres et des questions existentielles nécessaires ». Ce dont les studios Disney avaient conscience à leurs débuts (avant de l’oublier un peu…), en produisant Bambi ou Blanche Neige…

Découvrez le micro-trottoir dans lequel les enfants donnent leur avis sur le film !

Le petit + du film

L’animation image par image, également appelée animation en volume ou stop motion demande un travail de précision, lent et méthodique. Frankenweenie est animé à 24 images par seconde. Ce qui veut dire que l’animateur doit repositionner la marionnette 24 fois afin d’obtenir une seconde de film… Et chaque plan demande une journée entière de travail, parfois davantage. Tim Burton a engagé 33 animateurs pour ce « tournage qui a duré près de deux années, soit l’équivalent de la construction d’un stade olympique », aime-t-il à préciser !

 

A télécharger un cahier d’activités sur le thème de Frankenweenie : www.disney.fr/disney-films/frankenweenie/jeux-et-coloriages.jsp

 

A lire sur le même sujet :

Halloween : la soirée DVD qui fait peur
Où jouer à se faire peur pour Halloween ?
Vacances de la Toussaint : et si vous fêtiez Halloween en Irlande ?
Halloween : préparez-leur une fête d’enfer !
Halloween en famille au Musée de la Sorcellerie (Cher)
Du maquillage pour enfant sans paraben
35 idées de déguisements à faire soi-même
Spécial Halloween : un livre magique à lire et à déguster

Vous avez aimé cet article ou bien vous voulez réagir ?

Envie de réagir à cet article, de donner votre avis ou de partager votre expérience ? Je prends la parole !

  1. COUGNET Catherine

    Je vais emmener ma petite le voir !!

  2. Je pense emmener ma petite le voir !!!!

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A lire aussi dans la rubrique Mes Enfants

Plus d’articles sur MAFAMILLEZEN