J’irai décrocher la lune, un regard solaire sur la trisomie

MaFamilleZen > Blog > Ma Famille > Sorties en famille > J’irai décrocher la lune, un regard solaire sur la trisomie

Par Bénédicte Flye Sainte Marie le

Film J'irai décrocher la lune

J’irai décrocher la lune, le vibrant documentaire de Laurent Boileau fait partager, sans caricature ni angélisme, des instants de vie de six adultes atteints par cette anomalie génétique. Après une sortie en salle prévue en mars 2020, le film sort en vidéo, le 3 novembre.

J’irai décrocher la lune : l’histoire

Tourné à Arras, J’irai décrocher la lune nous immerge dans le quotidien de Stéphanie, Robin, Elise, Gilles-Emmanuel, Eléonore et Mario, des trentenaires affectés par la trisomie 21. En dépit de leur handicap auquel ils refusent qu’on les résume, tous sont pleinement intégrés dans la vie professionnelle. 

Parmi eux, on trouve ainsi Elise qui est ATSEM depuis 2011 et se partage entre un premier job dans une crèche, un second dans une école. Eléonore travaille en tant qu’agent administratif dans un hôpital alors que son ami Robin évolue au sein d’une MDPH (Maison Départementale des Personnes Handicapées). Gilles-Emmanuel est l’un des collaborateurs de l’association Down Up, qui prône le vivre ensemble. Grâce à la résidence mise sur pied par cette structure et les appartements qui leur sont alloués, chacun d’entre eux peut gérer son quotidien en autonomie comme le font les jeunes de leur âge. Pleinement, comme Robin ou Gilles-Emmanuel, ou partiellement, à l’instar d’Elise, qui sait se préparer ses repas seule et s’occuper de son intérieur mais éprouve encore le besoin de rentrer dormir le soir chez ses parents. 

Ils confient au réalisateur leurs satisfactions, leurs frustrations et leurs rêves, que la tendance générale de la société à les infantiliser les empêche parfois de réaliser…

 

A partir de quel âge ? 

10-11 ans. J’irai décrocher la lune est un excellent outil pour parler de la différence, de la tolérance et de l’inclusivité. 

L’avis de MAFAMILLEZEN 

Film J'irai décrocher la lune

J’irai décrocher la lune est un film puissant et salutaire, non pas parce qu’il a trait au handicap, mais parce qu’il s’efforce justement d’aller au-delà de cette catégorisation. Car tous ses protagonistes sont simplement des humains dans leur singularité, avec des spécificités inhérentes non pas à leur chromosome supplémentaire, mais au tempérament et au vécu qui sont individuellement les leurs. S’ils ont comme dénominateur commun la trisomie 21, les six témoins sont ainsi très différents les uns des autres. 

Film J'irai décrocher la luneI

ntrovertie de nature, Elise est comme une chrysalide en voie de devenir papillon puisqu’elle apprend petit à petit à verbaliser ses ressentis, positifs et négatifs et à montrer son affection à ceux qui comptent pour elles. A l’inverse, Eléonore, qui a d’ailleurs écrit un livre « Triso… et alors ? » il y a quelques années, s’exprime avec éloquence, a le sens de la formule et la fibre militante.

Film J'irai décrocher la lune

Au cours du documentaire, elle revient sur la colère qu’a provoquée chez elle les propos tenus en 2012 par le neurobiologiste Jean-Didier Vincent qui expliquait dans l’émission La tête au carré, sur les ondes de France Inter, que « les trisomiques étaient des poisons pour les familles ». « On n’est pas des poisons dans une famille, on donne beaucoup d’amour à nos parents. On a droit à une vie comme les autres » s’indigne-t-elle.

Film J'irai décrocher la lune

Enfin, Robin, qui s’imagine bien artiste, émeut et amuse avec son langage châtié, son caractère, à mi-chemin entre le cabotin, la fée du logis et le bourreau des cœurs. Une propension à vouloir être regardé et admiré qui ne l’empêche pas d’être lucide sur l’image qu’il perçoit généralement de lui dans les yeux des autres, à quelques exceptions près… « Tu vois le vrai Robin, tu vois le vrai moi, pas la personne porteuse de trisomie 21 » explique-t-il, plein de gratitude, à Laurent Boileau. 

Film J'irai décrocher la lune

Dénué de voix-off qui pourrait orienter le propos, et de recours à l’émotion facile, J’irai décrocher la lune, qui a demandé au cinéaste deux ans de préparation et de discussions hors caméras, offre donc un moment d’authenticité qui devrait toucher au cœur les spectateurs

 

J’irai décrocher la lune
Réalisé par : Laurent Boileau
Avec : Eléonore Laloux, Robin Sevette, Stéphanie Gabé, Mario Huchette, Gilles-Emmanuel Mouveaux, Elise Wickart
Durée : 1h32
Sortie en viéo : le 3 novembre 2020 – Commander
A partir de 10 ans

Vous avez aimé cet article ou bien vous voulez réagir ?

Articles en relation

Envie de réagir à cet article, de donner votre avis ou de partager votre expérience ? Je prends la parole !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A lire aussi dans la rubrique Ma Famille

Plus d’articles sur MAFAMILLEZEN