Nobi nobi !, éditeur spécialisé dans les mangas pour enfants

MaFamilleZen > Mes Enfants > Mon enfant (6-10 ans) > Livres & DVD > Livres enfants > Nobi nobi !, éditeur spécialisé dans les mangas pour enfants

Par le

Spécialisée dans l’édition d’albums illustrés japonais et de mangas pour enfants, la maison nobi nobi ! fête son cinquième anniversaire ! Nous avons rencontré ses deux fondateurs.

Mafamillezen : Comment est née « nobi nobi ! » ?

Panda PandaPierre-Alain Dufour, cofondateur : J’ai rencontré Olivier en 2005. Nous travaillions tous les deux dans une maison d’édition dédiée aux mangas : je m’occupais de la communication, lui de la fabrication. Suite à un remaniement, toute l’équipe a été licenciée. Avec Olivier, on s’est demandé ce que l’on allait faire ! Nous avions en commun une passion pour le Japon, étant issus de la même génération de téléspectateurs de Goldorak et des Chevaliers du Zodiaque

Olivier Pacciani, confondateur : Et on s’est découvert un amour pour l’objet livre.

Pierre-Alain : Nous avons voulu concilier notre amour du Japon, notre passion pour le livre et notre goût pour le travail graphique. On s’est dit qu’il fallait regarder ce qui se fait en livres illustrés au Japon. Personne ne le faisait à l’époque, très peu de la production japonaise arrivait en France. Le concept original était trouvé.

Qu’a de spécial la littérature jeunesse japonaise ?

PrincessePivoinePierre-Alain : Elle est assez universelle et ses thématiques nous plaisent. Nous aimons par exemple beaucoup l’humour japonais, qui joue sur le non-sens, l’absurde et les non-dits. Dans les contes, on retrouve aussi le thème du don de soi, cette notion de sacrifice très japonaise. Se donner aux autres un maximum, c’est une idée qui nous touche. A cela s’ajoutent les styles graphiques de toute une culture, hérités des estampes japonaises.

Comment choisissez-vous les titres que vous traduisez ?

Olivier : Grâce à nos recherches dans les librairies japonaises ou sur Internet. Amazon Japon nous aide beaucoup !

Pierre-Alain : On ne parle pas japonais donc on travaille avec une interprète. Nous faisons une première sélection à partir du graphisme des livres et de leur thématique, elle nous fait ensuite des fiches de lecture.

Y a-t-il un gros travail d’adaptation à réaliser pour le lectorat français ?

Mon voisin masudaPierre-Alain : Oh oui ! Il faut respecter l’œuvre d’origine tout en réussissant à l’adapter au public français. Par exemple, les ouvrages avec beaucoup d’onomatopées sont longs à adapter ! Sinon, soit l’ouvrage est tellement japonais que ça ne parlera pas du tout au public français qui n’a pas les références de base. Soit des français nous proposent des textes se voulant typés japonais mais trop clichés, à base de samouraïs et de robots. C’est exactement ce que l’on ne veut pas faire !

Comment expliquer la popularité de la culture japonaise en France ?

Pierre-Alain : Difficile à dire ! Peut-être est-ce parce qu’elle est tellement différente de la nôtre qu’elle nous attire ! Ce mélange de tradition et de modernité permet que chacun y trouve son compte. Il y a un côté graphique et bien réglé dans tout ce que les japonais font. Cette culture est d’une telle richesse, en bien ou en mal, qu’elle offre beaucoup de choses à découvrir. Mais finalement, c’est la même chose que le rayonnement de la France dans le monde ! Et on ne parle pas de phénomène pour le rayonnement de la culture américaine qui est, elle, à tous les coins de rue !

Où espérez-vous être avec nobi nobi dans 5 ans ?

Pierre-Alain : Dans nos propres locaux ! Actuellement, on fait tout par téléphone, mails et Skype…

Olivier : On a plein d’idées de nouvelles collections à développer. Après les livres illustrés, les mangas et les livres-jeux, on a encore envie d’explorer de nouvelles choses !

Des livres édités par Nobi Nobi ! à découvrir :

LaPetiteMaisonEnCubesLe premier : Un conte tout en douceur et romantisme aux illustrations dépaysantes à souhait.
Princesse Pivoine, de Ein Lee (13,75 €)

Le plus gros succès : Pour résister à la montée des eaux, un vieux Monsieur empile ses maisons comme des petits cubes. Jusqu’à une plongée un peu spéciale… Prix Sorcière 2013 du meilleur livre illustré.
La maison en petits cubes, de Hirata Kenya et Katô Kunyo (14,95 €)

Notre coup de cœur : Un album qui aborde avec justesse le harcèlement scolaire dont nous avions parlé dans notre sélection « Harcèlement scolaire : les bons mots pour en parler ».
Mon voisin Masuda, de Takeda Miho (13,20 €)

Pour les plus grands : Les aventures en manga d’un panda gourmand et d’une petite fille malicieuse. A partir de 7 ans.
Pan’ Pan Panda – Une vie en douceur , de Horokura Sato (6 tomes disponibles)

Passion Japon !

Des mangas aux animés (adaptations en dessin-animés de mangas), de la musique à la nourriture en passant par la mode et le cinéma, le Japon n’a jamais été aussi populaire en France, en particulier chez les ados.

En témoigne la multitude de salons et de conventions dédiés à la culture japonaise partout en France : Paris manga, Japan expo Sud à Marseille, Toulouse Game Show, Animasia à Bordeaux… et la sacro-sainte Japan Expo à Paris, dont la dernière édition a attiré 250 000 visiteurs.

Pourquoi un tel succès de la culture japonaise ? Difficile à dire ! La réponse se trouve peut-être, comme le pensent les éditeurs de nobi nobi !, dans sa richesse et sa profonde différence avec la culture française.

Vous avez aimé cet article ou bien vous voulez réagir ?

Envie de réagir à cet article, de donner votre avis ou de partager votre expérience ? Je prends la parole !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A lire aussi dans la rubrique Mes Enfants

Plus d’articles sur MAFAMILLEZEN