Parc animalier d’Auvergne : au top 10 des plus beaux zoos de France

MaFamilleZen > Ma Famille > Sorties en famille > Parcs de loisirs > Parc animalier d’Auvergne : au top 10 des plus beaux zoos de France

Par le

Loup blanc McKenzie

Partons à la découverte du Parc Animalier d’Auvergne, niché au cœur du Parc naturel régional des volcans d’Auvergne. Situé à 800 mètres d’altitude, à une heure de Clermont-Ferrand, le parc accueille 350 animaux issus de 65 espèces venues des cinq continents.

Classé au top 10 des zoos les plus remarquables de France au Zoonaute Awards 2016, ce parc animalier d’exception a pour mission la protection de la biodiversité et la conservation des espèces en danger.

Un parc animalier de montagne unique en France

Vous n’en avez peut-être jamais entendu parler, et pourtant, le Parc Animalier d’Auvergne a été créé en 1984. Il a été repris en 2012 par deux entrepreneurs en reconversion totale et sensibilisés à la protection des espèces en voie de disparition. Après un relooking complet et un investissement dans les programmes internationaux de sauvegarde des espèces, ce parc animalier unique de par son environnement montagnard, permet aux visiteurs d’approcher au plus près d’animaux extrêmement rares. Tout au long de votre parcours, vous serez suivis par l’un des 20 paons du domaine.

Lionne vue par en-dessous à travers plafond de verre

Ce parc zoologique accueille aujourd’hui 350 animaux dans un magnifique domaine boisé, sur trois niveaux, adaptés à chaque espèce. Des contrées sud-américaines et des plaines africaines jusqu’aux sommets rocheux, vous approcherez les animaux au plus près, dans leur environnement naturel reconstitué. Il est certes surprenant  de voir des girafes, des lions, un hippopotame, des panthères des neiges ou des singes en montagne. Et vous vous demanderez certainement comment cette faune, insolite à une telle altitude, gère les hivers froids et neigeux ? Et bien tout simplement en passant la saison hivernale bien au chaud et à l’abri.

Un urial et son petit

Photo : Karine Duche

Des espèces rares et très menacées

Le Parc Animalier d’Auvergne ne compte pas moins de 60 espèces animales. En plus des « classiques » des parcs animaliers, vous  découvrirez ici des espèces rarement vues ailleurs, et extrêmement menacées. Comme le takin (qui n’en n’a pas l’air, mais qui est classé « animal dangereux »), le Capybara (le plus gros rongeur au monde), le markhor (et ses cornes en spirales), le Pudus (le plus petit cervidé du monde) ou encore le tapir du Brésil (l’animal ayant la trompe la plus courte).

Lynx

Des animaux que l’on chouchoute et dont le bien-être est la priorité. Vous les verrez dans leur environnement naturel reconstitué, dans des enclos immenses, dont quatre en immersion. Vous approcherez ainsi au plus près Bouquetins, Chamois, Cerfs Sikas, et Lémuriens de Madagascar. Vous aurez aussi le privilège d’admirer de très près la puissance du lion et l’élégance de la lionne au travers d’un tunnel vitré traversant la plaine africaine.

Lion vu de très près derrière paroi de verre

Chaque animal est doté d’un prénom… et se reconnait quand on l’appelle. Vous rencontrerez ainsi Toto le Tapir du Brésil, Ibel et Limei, le couple de pandas roux, ou Jules l’hippopotame, parmi ceux qu’on a retenus…

Panda roux

Six soigneurs s’occupent au quotidien de toutes ces « petites » bêtes. Ils leurs proposent chaque jour des activités d’ « enrichissement » pour les occuper et les stimuler, par le jeu notamment. Les animaux devront ainsi chercher de la viande ou des fruits dans diverses caches, afin de rompre la « passivité » du nourrissage. Cela dans le but de les inciter à reproduire les comportements de leur milieu naturel. Les Pandas Roux, eux, auront le privilège d’une livraison quotidienne en bambous frais… plantés sur place pour répondre à leur très grosse consommation.

Atelier "enrichissement" avec un soigneur

Mission reproduction pour la sauvegarde des espèces

Près de 31 espèces font l’objet de programmes de reproduction européens. Chacune a son coordinateur européen dédié, qui décide dans quel parc va aller un animal pour sa reproduction. Il est bon de rappeler que les animaux n’ont pas de « valeur » au sens monétaire. Donc aucune surenchère entre les parcs, qui s’échangent les animaux avec pour seul objectif leur reproduction. Le but ultime étant la réintroduction de ces espèces dans leur milieu naturel. Ou bien le renforcement de la population sauvage par l’ajout des spécimens élevés en parcs zoologiques.

Au niveau local, le Parc Animalier d’Auvergne soutient également des programmes comme la Fondation Passerelle, pour la sauvegarde des chauves-souris. Le parc accueille sur son domaine la 2e colonie de Grands Murins en France. Soit environ 650 femelles à leur arrivée, et 1000 individus lorsqu’elles repartent en septembre.

Lire aussi : Travailler avec les animaux : ces métiers qui font rêver nos enfants

Des expériences de cohabitations animales inédites

La mixité des espèces est un concept très fort au Parc Animalier d’Auvergne. La cohabitation avec d’autres espèces permet aux animaux d’exprimer leurs comportements naturels. À l’image de leurs homologues vivant en milieu naturel, défense du territoire, découverte d’odeurs, peur, curiosité et autres interactions rythment le quotidien des animaux du parc. La mixité favorise leur bien-être et optimise leurs chances de réintroduction dans la nature. Mais elle n’est pas si simple à mettre en place.

Suricate

Parmi les expériences réussies, le Parc Animalier d’Auvergne est le seul parc en Europe à présenter les Takins en mixité avec les Markhors, deux espèces de l’Himalaya très peu connues et très menacées.  On peut également observer la cohabitation des Hippotragues Noirs, des Zèbres de Hartmann, des Cobes de Lechwe et des Girafes de Rothschild. Ou celle de cinq espèces de Lémuriens qui normalement vivent séparés, dans un enclos sans filets. Les Loutres d’Asie partagent quant à elles leur enclos avec les Gibbons à mains blanches, une proximité rare et riche d’interactions ! Et dans la nouvelle zone consacrée aux animaux d’Amérique du Sud, six espèces se côtoieront.  D’autres expériences ont par contre échoué, comme la mixité entre les loups gris et les ours bruns.

Nouveautés 2017

 

Un nouvel enclos pour les espèces d’Amérique du Sud

 

Le parc zoologique ouvre cette année un nouvel enclos qui accueille six espèces d’Amérique du Sud. Dont trois nouvelles : les Tapirs du Brésil, les Coendous (d’énormes rongeurs) et les Nandous de Darwin (de petites autruches). Sous ses airs de gros balourd, Toto le Tapir se laisse facilement caresser (c’est d’ailleurs le seul animal sauvage qu’on peut câliner). Vous y verrez aussi le plus petit cervidé du monde, le Pudus, guère plus gros qu’un chien. Et le Porc-épic du Brésil, à la bouille vraiment rigolote, mais auquel on n’a pas envie de se frotter !

 

L’arrivée de nouveaux animaux

Le Parc Animalier d’Auvergne a accueilli cette année six Ours du Tibet dont deux beaux oursons, tous très curieux, que vous pourrez voir de très près depuis une passerelle, dans un grand enclos paysager d’un hectare.

Ours du Tibet

En février, Gabriel, la Panthère des Neige mâle prêtée par le zoo d’Helsinki a été rejointe par une jolie femelle d’un an, Taja. Et si pour l’instant la belle Taja boude Gabriel, on a bon espoir qu’ils brisent bientôt la glace et fasse de beaux petits. Vous pourrez admirer la majesté de ces panthères blanches de très près, depuis une terrasse surplombant l’enclos, ou bien une grande vitre au niveau de la prairie.

Panthère des neiges

 

Weekends VIP

Le parc organise des visites guidées personnalisées, sur un ou deux jours. Avec en prime la découverte des coulisses et la rencontre avec les équipes, la chef animalière Stéphanie et les soigneurs. Vous pourrez notamment participer au nourrissage des lions, ultra sécurisé et très impressionnant. Ou à celui des girafes, que vous approcherez à quelques centimètres. Vous participerez également à des ateliers pédagogiques, comme l’atelier « enrichissements », où vous fabriquerez des caches de nourriture pour stimuler les animaux.

Pass « Soigneur d’un jour »

C’est une animation qui plait tout particulièrement aux enfants (à partir de 6 ans). Le temps d’une demi-journée, ils pourront jouer les soigneurs animaliers, de quoi éveiller des vocations.  Préparation des rations, nourrissage des animaux, entretien des enclos, visite des coulisses, rencontre avec les équipes animalières… Les « soigneurs d’un jour » sont les seuls visiteurs à avoir accès au bâtiment où dorment les girafes et les lions. Ils feront le plein de sensations et d’anecdotes truculentes sur les animaux.

Lire aussi :Témoignage de pro : Franck, soigneur animalier à la Vallée des Singes

 

Le saviez-vous ?

– Le gibbon chante… et son chant porte sur plusieurs kilomètres. Il vit sur des îles, mais ne sait pas nager pour autant…

– Les chauves-souris ont des « accents ». Animal à vision auditive, elles communiquent entre elles par des fréquences différentes qui leur servent à se reconnaître.

– Le raton laveur dort en boule au creux d’une branche à la cime des arbres. Pas très confortable…

– Dans la meute, à quoi reconnait-on un loup dominé du dominant ? Il se déplace la queue sous le ventre. Certainement l’origine d’une certaine expression…

– Sous son air placide, l’hippopotame est l’un des animaux les plus dangereux du monde. Malgré son poids, il court à plus de 30 km/h !

– Les suricates, petites bêtes plutôt rigolotes, sont l’espèce qui s’entretue le plus…

– La girafe est un animal muet. Elle communique par vibrations. Sa langue est insensible pour ne pas se faire piquer par les épines. Son cœur pèse 11 kg. Elle dort debout, et est très peureuse.

– La Panthère des Neiges est l’une des dix espèces les plus menacées au monde.

 

Infos pratiques :

Restauration sur place : produits locaux auvergnats frais uniquement.
Grands espaces de jeux pour les enfants.
Ouvert toute l’année, et seulement les weekends à partir du 6 novembre 2017.

Tarifs : Adultes et 10 ans et plus, 19 €. Enfants de 3 à 9 ans, 15 €. (en haute saison, d’avril à septembre). Réduction de 4 € sur l’achat d’un billet en ligne.

Bon plan : remise de 20 % sur le Panoramique du Puy de Dôme pour l’achat d’une entrée au parc (et vice-et-versa)

Parc Animalier d’Auvergne
Route d’Anzat le luguet
63420 Ardes sur Couze
Tel : +33 (0)4 73 71 82 86
www.parcanimalierdauvergne.fr

Où dormir à proximité :

Village-vacances Le Cézallier (Vacances pour Tous) 4* et écolo, à Ardes-sur-Couzes, à 5 mn du parc animalier. Gîtes de 2 à 8 personnes, maisonnettes de 2 à 6 personnes et chambres hôtelières (dont chambres familiales pouvant accueillir jusqu’à 5 personnes). Possibilité en pension complète. Espace aqualudique couvert et chauffé. Spa avec hammam et sauna.  www.vacances-pour-tous.org

Découvrez d’autres parcs animaliers :

Parc animalier de Sainte-Croix, une référence pour la faune européenne (Vosges)
– Les parcs animaliers : la Réserve africaine de Sigean (Aude)
– Le Pal, à la fois parc animalier et parc d’attractions (Allier)
Zooparc de Beauval, l’un des plus beau zoos du monde (Loir-et-Cher)
– Tour du monde animalier dans la Vienne
– Zoodyssée, dans le marais poitevin (Deux-Sèvres)
– Une journée en famille au parc animalier de Sainte-Croix (Moselle)
– Parc animalier de Boutissaint, premier parc de vision d’animaux sauvages en France (Yonne)
Spaycific’Zoo, un zoo pas comme les autres près du Mans (Sarthe)
Thoiry : Dinozoore vous téléporte aux temps des dinosaures (Yvelines)

Vous avez aimé cet article ou bien vous voulez réagir ?

Envie de réagir à cet article, de donner votre avis ou de partager votre expérience ? Je prends la parole !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A lire aussi dans la rubrique Ma Famille

Plus d’articles sur MAFAMILLEZEN