Pour ou contre réviser ses examens sur Internet ?

MaFamilleZen > Blog > Mes Enfants > Mon ado (11-18 ans) > Vie scolaire > Pour ou contre réviser ses examens sur Internet ?

Par le

réviser ses examens sur internet

Il existe sur le Web, pour nos ados, une multitude de solutions pour potasser et se préparer à leurs épreuves. Faut-il faire confiance à ces supports numériques ? On étudie pour vous la question.

Réviser ses examens sur le Net : les POUR

Le Web offre une grande variété de contenus

Sorte de caverne d’Ali-Baba virtuelle, la Toile multiplie les ressources en la matière, qu’on passe le brevet, le bac généraliste, professionnel ou technologique, les examens universitaires du supérieur et même les grandes écoles. Que l’on préfère se gérer seul ou que l’on ait besoin d’un coaching « serré ». On y trouve tout type de supports : des annales, des fiches, des QCM, des formats tout-en-image qui peuvent répondre à chaque mode d’apprentissage. Les vidéos de révisions que proposent Le Monde.fr, des sites comme Lesbonsprofs.com ou des Youtubeurs tels que Cyrus North en philo ou Mathrix sont ainsi susceptibles d’être très utiles pour ceux qui ont une mémoire auditive (qui « enregistrent » ce qu’ils entendent) et surtout une mémoire kinesthésique (principe qui consiste à retenir ce qu’on ressent). Car ceux qui y interviennent pimentent souvent leurs prestations de petites anecdotes personnelles rendant leurs interventions plus vivantes et marquantes. Et si c’est la persévérance qui leur manque, ils peuvent se tourner vers des chaînes de développement personnel type Motiv’and Go.

C’est une bénédiction pour les retardataires et les désorganisés

C’est sûr, plus tard, ils deviendront les prochains Baudelaire, Marie Curie et Einstein. En attendant, certains ados sont absolument incapables de structurer eux-mêmes leur programme de travail, d’y hiérarchiser les priorités et de se conformer à ce qu’ils ont prévu de faire. Pour ce style de profil, tabler sur Internet est une aubaine : des plateformes comme Maxicours ou l’Etudiant leur délivrent des plannings de révisions très détaillés sur plusieurs semaines. Par ailleurs, les fiches que l’on trouve par exemple sur Le Web Pédagogique, Studyrama ou Annabac rendront grandement service à ceux qui ont tendance à s’attaquer très tard à leur « besogne » …

Lire aussi : Comment aider vos ados à gérer le stress des examens ?

C’est une bonne manière de s’entraîner à certains exercices imposés

Si quelques sites spécialisés se targuent d’être capables de prévoir les sujets qui vont tomber aux prochains examens, aucun n’a de don de voyance ni de ligne directe avec le Ministère de l’Education nationale ! En revanche, ce qui y est très salutaire, c’est que l’on peut se tester, grâce aux thématiques des années précédentes et les corrigés qui vont avec, et acquérir davantage d’aisance par rapport à ce qui nous semble au premier abord très compliqué, à l’instar de la question de corpus ou du commentaire au bac Français

Cela encourage l’interaction entre les élèves/ les étudiants

En tant que parents, les réseaux sociaux sont pour vous l’incarnation de l’enfer sur terre, notamment parce qu’ils offrent des distractions permanentes à votre douce progéniture et l’empêchent de se focaliser sur ses objectifs ? Pourtant, il est prouvé que de manière informelle, ils ont tendance à échanger beaucoup par ce biais-là, de se faire parvenir entre eux des cours, devoirs, notes, fiches et mêmes des conseils sur les sites à consulter.

Cela permet parfois aussi de compléter son savoir en mode ludique et relax

Non, regarder des séries en VO en pleine période de bachotage intensif n’est pas une hérésie ! D’abord, parce que cela permet à votre courageux/se qui a passé des heures le nez dans ses livres, cahiers et classeurs de se détendre (un peu). Et puis la diction impeccable d’American Horror Story ou de fictions plus anciennes, Desperate Housewives, Mad Men ou Friends pourra être bénéfique à écouter, en vue de l’oral d’anglais qui approche à grand pas. Outre l’acquisition d’un meilleur accent, il/ elle en profitera pour y glaner également quelques références sur l’époque/ le pays qui sert de cadre à ce feuilleton.

Réviser ses examens sur le Net : les CONTRE

Ce n’est pas toujours mis à jour ni complet

Dans le domaine scolaire, les programmes ne cessent d’évoluer d’une année sur l’autre, au gré des réformes entreprises, des changements de gouvernement et parfois à cause de l’actualité. Si les sites réussissent pour la plupart à prendre le train en marche et actualisent très régulièrement leur rédactionnel, d’autres proposent des fiches et des corrigés un peu datés, un peu succincts ou trop peu précis. L’erreur serait donc de miser tous ses « espoirs » sur un seul d’entre eux. Il faut au contraire comparer ce que mettent à disposition les uns et les autres

Certains fonctionnalités sont payantes

Le principe de la gratuité de l’éducation, inscrite dans la Convention des Droits de l’Enfant, ne s’applique pas forcément au marché fructueux des révisions en ligne ! Sur l’excellent mais onéreux Lesbonsprofs.com, le Pack Exam, qui vous accompagne dans la dernière ligne droite avant le bac coûte -quand même- 29,90 euros… Chez France Examen, l’addition se monte 3,60 euros la semaine (notamment pour avoir droit à l’option « sujets probables ») ce qui peut là aussi grimper vite selon la période plus ou moins longue où on l’utilise. Enfin, du côté des applications de révisions, il existe généralement une version basique en libre accès et une version nettement plus approfondie mais payante. Or, un sondage de Digischool de 2014 effectué auprès des lycéens montrait qu’ils étaient une majorité ( 52 %) à n’être pas prêts à payer pour disposer de ces contenus. En outre, les formules gratuites sont fréquemment envahies par les pubs.

On assimile plus efficacement lorsqu’on fait les choses par soi-même

Rien ne vaut le fait d’aller chercher soi-même les diverses infos dont on a besoin dans ses cours, dans les livres et également sur Internet évidemment (parce qu’on ne vit plus au Moyen-Age), de prendre des notes, de les synthétiser et de les articuler soi-même de façon autonome. Cela aide à les retenir et à avoir une réflexion moins formatée. A condition évidemment de ne pas les recopier in extenso ce que l’on lit et de concocter sa propre « tambouille », au besoin en agrémentant cela de schémas et de photos pour une meilleure compréhension.

 

Vous avez aimé cet article ou bien vous voulez réagir ?

Articles en relation

Envie de réagir à cet article, de donner votre avis ou de partager votre expérience ? Je prends la parole !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A lire aussi dans la rubrique Mes Enfants

Plus d’articles sur MAFAMILLEZEN