Peut-on changer d’orientation ?

On entend souvent dire qu’il faut se préparer à changer plusieurs fois de métiers dans sa vie. Fini le temps des parents où l’on restait vissé au même boulot une vie durant ! Il faut que les nouvelles générations adoptent une nouvelle attitude : changer de métier… Et même, peut-être, plusieurs fois ! Ainsi, l’orientation devient plus incontournable que jamais. A faire lire à vos ados : on s’adresse ici directement à eux.

Qu’en est-il vraiment ? Passons à la loupe cette idée reçue.

D’abord, une première observation : les grands défenseurs de la mobilité ne sont pas en général ceux qui sont les plus mobiles… Curieux, non ?

Secundo : changer de spécialité n’est pas si facile que ça.

Tenez, regardez Franck Ribéry : c’est déjà très compliqué pour lui de passer de l’aile gauche à l’aile droite. Mais, si tu lui demandes, malgré sa vitesse de jambes, de devenir demi d’ouverture en rugby à quinze, c’est impossible… Même dans une équipe de deuxième division !

Autre exemple ? Tu es devenu un avocat spécialisé dans les divorces (code civil), on te demande brusquement de te reconvertir, en spécialiste du droit du travail (code du travail). Il y a de fortes chances, pour que tu ailles droit dans le mur ! C’est vrai aussi d’un ingénieur chimiste à qui l’on demanderait de se transformer par un coup de baguette magique en ingénieur des travaux publics : il va à coup sûr se planter !

On va sans doute te donner des exemples inverses de ceux qui réussissent une vie professionnelle en passant d’un job à l’autre, à la vitesse de l’éclair… On va te raconter qu’on connait un trader qui brusquement en a eu marre de la finance et a ouvert un restaurant branché qui fait un carton, (grâce aux sous gagnés avant !), ou bien encore un cadre commercial qui devient hôtelier écolo à Bora Bora… Pourquoi pas, tant qu’on y est, un prof d’histoire-géo qui se transforme en archéologue à la Indiana Jones…

D’accord ! Sauf que, pour toi et moi, pour la plupart d’entre nous, changer de job, c’est compliqué car cela suppose d’acquérir de nouvelles compétences, de nouvelles attitudes, un nouveau comportement et souvent dans des conditions plus difficiles que cela fut le cas pour le premier métier.

On te dira aussi qu’on change bien de poste, qu’on monte dans la hiérarchie, qu’on progresse à l’intérieur de son métier… Mais ça n’a rien à voir ! C’est fréquent et naturel de passer de technicien à ingénieur, des fonctions de production aux fonctions commerciales, d’une entreprise à l’autre, mais il s’agit là de poursuivre sur sa lancée initiale, de la consolider, de la faire fructifier et non pas de prendre un virage à 180 degrés !

Cela dit, si les études servent à préparer un métier et s’il n’est pas si facile que cela d’en changer, tu comprends alors que tu peux, certes, changer d’orientation mais que ce n’est surtout pas une décision à prendre à la légère…

Si tu observes bien, tu constateras que ce sont souvent les moins qualifiés qui peuvent changer « facilement » de métier. Tu n’as « pas de problème » pour passer de la loge du concierge à la manutention ou au traitement des sols. Mais si tu as vu un jour, un cardiologue devenir rhumatologue ou un chimiste devenir pilote de ligne, fais le moi savoir !

Pourquoi c’est si difficile de changer de métiers ?

C’est simple : Si tu as fait de quatre à huit années d’études exigeantes pour devenir un pro qualifié, changer de cap à 180 degrés, c’est effacer ce premier effort souvent en pure perte.

CHANGER D’ORIENTATION : TROIS POINTS À RETENIR !

Lire la suite sur www.imaginetonfutur.com

Vous avez aimé cet article ou bien vous voulez réagir ?

Envie de réagir à cet article, de donner votre avis ou de partager votre expérience ? Je prends la parole !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A lire aussi dans la rubrique Mes Enfants

Plus d’articles sur MAFAMILLEZEN