A contre-courant : ces ados qui en font trop

Loin des explosions de colère, actes de rébellion et autres émotions mal contrôlées auxquels l’on s’attendrait à leur âge, certains ados semblent être un véritable bonheur pour leurs parents. Mais cette facilité relationnelle au quotidien cache parfois une grande fragilité intérieure. Décryptage.

Jeune garçon souriant signifiant avec le pouce que tout va bien

Mon ado est un véritable OVNI

Alors que les rejetons de vos copines leur en font voir de toutes les couleurs… Avec une propension au travail scolaire bâclé, des sorties nocturnes jusqu’à pas d’heure, une insolence et une mauvaise humeur chronique… Votre ado à vous est un enfant comme on en rêve. Ultra-bosseur au collège ou au lycée, il vous ramène un bulletin à éclipser Albert Einstein. Il ne vous tient jamais tête, ni ne conteste vos décisions. Il n’est pas égocentré et se soucie de votre bien-être et celui de ses frères et sœurs. Encore mieux, il range sa chambre, s’habille correctement et n’hésite jamais à vous rendre service sans même parfois que vous ayez besoin de lui demander. Hier, il vous a même fait la surprise, en votre absence, de donner un coup d’aspirateur dans toute la maison !

En bref, exactement le contraire de tout ce qu’on avait pu vous dire sur la très redoutée crise d’ado. Qui devait transformer votre « bébé » de jadis en odieux monstre éructant. De quoi faire verdir de jalousie tous les parents du monde ? Pas forcément… D’abord, parce même s’il n’est pas obligatoire que la crise d’ado soit violente. Ou qu’elle prenne les atours d’un tsunami qui fait trembler sur ses bases la famille pendant des années. C’est un épisode qui lui est utile psychologiquement. Parce qu’il permet à votre teenager de prendre du champ affectivement avec vous. Et de se bâtir une personnalité et une identité qui lui sont propres.

Si votre enfant ne la fait pas, même à minima -certaines crises d’adolescence sont discrètes car le conflit se déroule entre soi et soi plutôt qu’avec le monde extérieur-, on peut donc gager qu’il n’a pas tout à fait coupé le cordon avec vous. Et qu’il aura certainement des difficultés plus tard à s’affirmer.

Une recherche d’affection désespérée

Mais cette façon d’être très, voire trop sage, façon « rayon de soleil de mes parents » peut aussi refléter un mal-être de votre ado. Derrière cette gentillesse, cette serviabilité à tout crin, se cache peut-être une hypersensiblité à caractère pathologique. Assailli par un trop-plein de doutes, miné par la peur de vous décevoir, votre ado pense que la seule manière de se faire accepter, apprécier de son entourage est de tout faire pour lui plaire. En se conformant exactement à ce qu’il croit que les autres attendent de lui, il pense pouvoir se garantir leur amour.

Dangereux car la crise qui n’est pas produite antérieurement risque de n’être que différée… A 30, 40, 50 ans, un petit grain de sable pourrait gripper cette mécanique bien huilée et l’ex-enfant modèle devenu adulte ressentira alors peut-être le besoin de briser ses chaînes. Souvent, il enverra valser sans prévenir ce qu’il a construit dans sa vie professionnelle et personnelle.

Pour éviter cette crise d’ado à  retardement, il convient donc d’accorder une attention particulière à ces ados zéro défaut. Pour nous assurer justement que leur attitude ne dissimule pas des problèmes et un manque de confiance en eux. Et afin de leur apprendre également que la perfection absolue est un idéal toxique et angoissant. Mieux vaut leur donner les clés pour se regarder avec bienveillance. En intégrant ce que sont leurs qualités mais aussi leurs points faibles.

Bibliographie :
L’apprentissage de l’imperfection de Tahar Ben Shahar, Editions Pocket, 7, 70 euros (préface de Christophe André.
Ces ados qui nous tracassent du Docteur Alain Meunier, Editions Michel Lafon, 19,90 euros

Découvrez d’autres articles sur la famille, la psychologie de l’enfant, l’éducation
dans notre rubrique EDUCATION & PSYCHO

Vous avez aimé cet article ou bien vous voulez réagir ?

Envie de réagir à cet article, de donner votre avis ou de partager votre expérience ? Je prends la parole !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A lire aussi dans la rubrique Mes Enfants

Plus d’articles sur MAFAMILLEZEN