Faut-il interdire la fessée en France ?

MaFamilleZen > Ma Famille > Psycho-Famille > La vie en famille > Faut-il interdire la fessée en France ?

Par le

Ce n’est pas la première fois que l’ONU demande à la France de légiférer contre les châtiments corporels sur les enfants et contre la fessée. Pourtant la France résiste… Pourquoi ? Un enfant a-t-il moins de valeur qu’une femme battue ? Si tout le monde est d’accord pour dire que les violences contre les femmes doivent cesser, qu’il est inadmissible qu’une femme meurt tous les deux jours sous les coups de son conjoint, les débats sur la « violence ordinaire » en famille font rage. Et pourtant, ce sont deux enfants par jour qui meurent sous les coups de leurs parents.

petite fille en pleurs après avoir reçu une gifle

En France, 2 enfants par jour meurent sous les coups

Bien entendu, la très grande majorité des parents ne sont pas de « mauvais parents », et ne frappent pas leurs enfants jusqu’à ce qu’ils en meurent. Que disent les parents concernés ? « Je n’en pouvais plus ! il (elle) m’a mise à bout, et j’ai craqué ». « J’ai tout essayé, il n’y a rien à faire, il (elle) ne comprend qu’avec une bonne fessée ». « Avant d’avoir des enfants, je m’étais promis de ne jamais utiliser de fessée ou de claque… et puis j’ai eu des enfants. J’ai vu à quel point c’était difficile de les éduquer, de leur transmettre des valeurs… alors c’est vrai, quand je suis à bout, il arrive qu’une fessée parte ».

Bref, ce sont, la plupart du temps, des aveux d’impuissance. Le plus souvent la fessée ou la claque restent exceptionnels. Doit-on légiférer pour tenter de régler un problème qui semble peu fréquent ? Cela inquiète de nombreux parents : « et si on me retire mes enfants ? » ; « cela donne du pouvoir à l’enfant, dès que je vais le gronder, il va me menacer d’appeler la police… je vais perdre toute autorité » ; « j’ai reçu quelques bonnes fessées… et je n’en suis pas mort ! Au contraire, ça a contribué à faire de moi quelqu’un de bien ». « On ne peut pas comparer une fessée et de la maltraitance ! ».

Et le cerveau dans tout ça ?

Alors que faut-il faire ? Et si nous nous intéressions aux neurosciences pour comprendre ce qui se passe dans le cerveau d’un enfant – ou d’un ado – lorsqu’il reçoit une fessée ou une claque ?

La première leçon à retenir est que le cerveau n’est pas mature avant l’âge moyen de 25 ans. Lorsque l’on donne une fessée ou une claque à un enfant, on le fait sur quelqu’un dont le cerveau est en train de se développer. Or les IRM et études scientifiques prouvent aujourd’hui que n’importe quelle violence reçue a un impact sur le développement de ce cerveau. C’est malheureux, mais la partie préfrontale, qui regroupe toutes les fonctions cognitives supérieures, va forcément être impactée par la violence, quelle qu’elle soit.

Cela aura ensuite un impact sur ses relations affectives et sociales… même adulte ! De plus, tant que le cerveau n’est pas mature, les processus de gestion des émotions ne sont pas totalement fonctionnels… et même vraiment pas fonctionnels au moins jusqu’à 5 ou 6 ans. Ainsi, un enfant qui reçoit une fessée, même une seule, a son cerveau qui se met en état de sidération. Il arrête ce qu’il faisait, c’est vrai. Mais son cerveau crée un circuit de peur, et à chaque nouvelle menace, nouveau cri, il va être totalement submergé par cette émotion, avec l’incapacité cérébrale de prendre du recul. Malheureusement, cela peut se poursuivre à l’âge adulte. (Pour plus d’informations, lire l’excellent livre du Dr C. Gueguen « pour une enfance heureuse »).

Lire aussi :
La fessée rendrait les enfants moins intelligents

L’un des grands enjeux de l’éducation est donc celui là : permettre à nos enfants de développer au mieux leurs fonctions cognitives, et leur apprendre comment celles-ci peuvent aider à traverser et contrôler leurs émotions, leurs impulsions. Quel parent rêverait d’avoir un enfant dont le cerveau est endommagé, non capable de donner le meilleur de lui ? Aucun ! Il est aujourd’hui aussi prouvé scientifiquement (études et IRM) que les enfants éduqués dans la non violence et l’empathie, devenaient plus empathiques et avaient de meilleures relations sociales devenus adultes. Pour exemple, tous les Justes, qui ont sauvé des Juifs au péril de leur vie pendant la guerre ont ce point commun : aucun n’avait jamais reçu de fessée ou de claque… ça laisse à réfléchir…

Une loi ? Pour permettre aux parents de s’informer et de se former

Ainsi, il serait important que les parents comprennent les éventuels dégâts de leurs actes ou paroles sur le développement du cerveau de leurs enfants, et SURTOUT qu’on leur explique qu‘il y a toujours d’autres moyens de faire, même quand on est à bout, même quand l’enfant n’obéit pas.

Il ne faut pas se tromper de bataille, et il ne s’agit ni de culpabiliser les parents : ils font pour la très grande majorité ce qu’ils peuvent, de leur mieux et comme ils le peuvent. Il ne s’agit pas non plus d’ingérence, ni de donner du pouvoir aux enfants. Mais simplement d’informer et former. L’autorité bienveillante est possible, à condition de savoir de quoi il s’agit et comment la mettre en place. Un cadre souple et bienveillant est toujours envisageable, qui laissera l’autorité aux parents et permettra aux enfants de développer leur intelligence et leur intelligence émotionnelle au mieux.

Mais la fessée, la claque, les insultes… et même les punitions sont des formes de violence qui laissent des traces. Et s’il faut une loi pour que l’information circule… alors c’est peut être la meilleure solution !

Pour finir laissons la parole à Olivier Maurel, fondateur de l’Observatoire de la Violence Educative Ordinaire : « Frapper un adulte est une agression; Frapper un animal est de la cruauté. Frapper un enfant serait de l’éducation ? »

Quelques livres :

 L’autorité sans la fessée, d’Edwige Antier, Robert Laffont, 18 €. Commander
100 façons de se faire obéir (sans cris ni fessées), d’Anne Baccus, Marabout, 15,90 €. Commander
Une nouvelle autorité, sans punition ni fessée, de Catherine Dumonteil-Kremmer, Nathan, 12,90 €. Commander
La fessée, questions sur la violence éducative, d’Olivier Maurel, Editions La Plage, 12,50 €. Commander

Découvrez d’autres articles sur la famille, la psychologie de l’enfant, l’éducation
dans notre rubrique EDUCATION & PSYCHO

Vous voulez vous former à l’éducation et l’autorité bienveillante ? Renseignez vous auprès de Marie-Charlotte Clerf qui propose des ateliers pour les parents d’enfants de 0-5 ans, 6-11 ans et d’adolescents.

Marie-Charlotte Clerf
Thérapeute Vittoz certifiée, coach certifiée en développement personnel,  formatrice parentale. Elle a créé « MC2 coach-famille » pour aider les parents à améliorer leur  vie de famille. Ses spécialités : accompagner chaque membre de la famille à  trouver sa juste place, faire progresser la communication et les relations parents / enfants et enfants entre eux  , favoriser  la prise de conscience de ses points forts et des points d’amélioration possibles, aider à sortir d’un burn-out familial ou d’une dépression, se sentir utile et plein d’énergie, tout en ayant le temps de s’ occuper de soi-même…
www.coach-famille.fr
contact@coach-famille.fr – 06 60 87 20 35

 

Vous avez aimé cet article ou bien vous voulez réagir ?

Envie de réagir à cet article, de donner votre avis ou de partager votre expérience ? Je prends la parole !

  1. Jean-Jacques Le Quémener

    Bonjour, j’ai moi-même donné des fessées; mes enfants ne sont pas devenus débiles, mais c’est moi que cela a le plus blessé, car je n’en voulais pas.
    Ma fille devenue adulte m’a fais connaitre Thomas Gordon alors que sa petite soeur venait de naitre. Là, la lumière s’est allumée en moi, j’ai lu « Parents efficaces » et « éduquer sans punir » de Thomas Gordon, et je suis allé me former dans des ateliers « Parents efficaces ». SUPER ! Je cherchais cela depuis 30 ans. A défaut je reproduisais l’éducation que j’avais reçu.
    Depuis, je partage cette expérience, je suis moi-même devenu formateur à la relation « Parents-enfants » efficace et bienveillante … Le bonheur !!

  2. pffff c est n importe quoi , il faut arréter avec ça!!! nous avons recu des fessées étant enfants et nous ne sommes pas traumatisés ou des serials killers, aujourd’hui l’éducation des « enfants rois » a donné les résultats que l on constate tous les jours dans l’éducation nationale , dans les écoles et même dans les maternelles ou ce sont les maitresses qui sont obligés d’éduquer les enfants au lieu de les instruire car les parents ne font pas leur boulots et je peux vous dire que c est une catastrophe !!!! alors arrétez un peu vos conneries car déja dans ce pays , tout part suffisament en cacahuète sans que l on besoin de l autorisation européenne chaque fois que l on veut respirer surtout au VU DES RESULTATS EXTREMEMENT MEDIOCRES !!!!!!!!!

    1. Marie-Charlotte CLERF

      Lorsque j’ai lu votre commentaire, pendant quelques micro secondes, je me suis demandé si j’allais l’approuver. non parce que vous n’êtes pas d’accord avec moi… ça tout le monde a bien entendu le droit… et du débat jaillit la lumière. Mais parce que j’ai trouvé très agressive votre missive. que de jugements « c’est n’importe quoi » « il faut arrêter avec ça » « arrêtez vos conneries »… je ne trouve pas cela très respectueux… vous pronnez le respect…ça tombe bien moi aussi. Mais je crois qu’en l’occurrence, il s’agit de faire ce que l’on dit, et non l’inverse… c’est malheureusement ce que je crois qu’il arrive lorsque l’on reçoit des fessées : on a du mal à développer son empathie, car une zone du cerveau ne se développe pas correctement. quel dommage ! parce que sur le fond, je suis plutôt d’accord avec vous : je suis contre « les enfants rois » : l’autorité appartient aux parents, non aux enfants. Les parents sont perdus et de fait, l’école a une grosse charge supplémentaire qui est d’éduquer, et c’est compliqué… les institutrices, instituteurs, professeurs… sont à bout et font un métier bien difficile, sans beaucoup de reconnaissance ni des élèves, ni des parents souvent. Et le niveau de la France baisse chaque année dans les résultats européens, mais ça, pour moi, c’est une toute autre histoire. Mais l’autorité existe sans fessée ! Mettre un cadre aux enfants, c’est essentiel et c’est du rôle des parents… Cela peut se faire avec des méthodes humaines. Comme le disait le psychologue Haim Ginott « si vous voulez que vos enfants deviennent des Humains, enseignez-leur des méthodes Humaines ».

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A lire aussi dans la rubrique Ma Famille

Plus d’articles sur MAFAMILLEZEN