Maud Fontenoy : sa vie de maman

Femme de tous les exploits, de la traversée des océans Pacifique et Atlantique à la rame au tour de l’hémisphère Sud à la voile à contre-courant, Maud Fontenoy a posé pied à terre depuis quelques temps pour se consacrer à ses trois loustics, Mahé, six ans, Hina, deux ans et Lou, six mois et à son engagement pour la sauvegarde de la planète. A l’occasion de la Journée mondiale de l’océan, rencontre avec une maman comblée.

Maud Fontenoy photo Riccardo Tinelli

Photo : Riccardo Tinelli

Maud Fontenoy, vous avez eu des enfants assez rapprochés. Est-ce que c’était un choix ou un hasard de la vie ?

C’est plutôt un hasard de la vie. Mais j’en ai toujours voulu trois ou quatre… J’en ai déjà trois et c’est du sport. Je suis souvent plongée dans les livres de Marcel Rufo mais je n’arrive pas toujours à appliquer ce que je lis (rires). Mais j’aime le lire, je trouve que c’est un pédiatre déculpabilisant.

Comment s’organise votre quotidien ? Etes-vous du genre vouloir tout contrôler ou à accepter de déléguer ?

J’essaie de me détendre mais je suis du style à tout régenter. On se refait pas, j’ai eu l’habitude d’assurer, de me gérer seule pendant des mois dans les Quarantièmes Rugissants. Et j’ai habité pendant quinze ans sur un bateau. Alors, forcément, ça déteint sur la vie de tous les jours… J’ai la chance malgré tout d’avoir un homme qui m’aide beaucoup, ce qui n’a pas été le cas à certaines périodes de ma vie. J’accepte donc qu’il ne fasse pas les choses exactement comme je le voudrais, par exemple que les enfants soient habillés n’importe comment. Avec mon ainé, j’ai été confrontée à des graves problèmes de santé alors je suis maintenant plus cool sur ce type de détail…

Est-ce que la mère que vous êtes devenue après la naissance de vos bouts de chou est exactement celle qui vous imaginiez être en étant enceinte ou avant ?

Jusqu’à ce qu’ils naissent, ma volonté m’avait permis de tout surpasser, notamment au niveau sportif. Aujourd’hui, je me rends compte que des choses m’échappent et que ça me fait du bien. La fragilité est un atout, une force. Maintenant, je regarde les choses avec davantage d’émotion…

Dans quelle mesure continuez-vous à naviguer ? C’était écrit dans votre histoire qu’il y aurait un temps pour le bateau puis un temps pour la famille ?

Oui, je voulais réaliser mes projets personnels, canaliser mon destin, mon énergie avant de devenir maman. C’était important pour ma construction. Mais je n’ai pas complètement lâché la barre. Simplement, j’ai adapté… Dans le passé, j’ai souvent tenté le diable dans ce que j’entreprenais. Désormais, j’ai compris la valeur de la vie. Et je ne veux pas faire vivre l’absence à mes enfants. Alors, je fais autre chose. Je poursuis à ma manière mon combat pour l’environnement.

A la decouverte de la planete bleueQuelles valeurs vous tiennent à cœur en tant que parent ?

Je suis une maman aimante et ferme. Je les assomme de bisous et de câlins mais je suis assez sévère sur la façon de se nourrir et de se comporter. J’aspire aussi à ce qu’ils soient de bons citoyens. Je cherche enfin à ce qu’ils soient indépendants, je n’apprécie pas l’idée du parent surprotecteur. C’est agréable de voir Hina, qui, à un an et demi, n’a peur de rien… Mahé est lui aussi très autonome puisqu’il se choisit des habits tout seul depuis qu’il est tout petit.

Vos enfants vous surprennent-ils ?

Oh oui, je me demande parfois si c’est bien moi qui les ai faits. Mahé est une vraie pile électrique alors que mon petit dernier, Loup, est d’un calme olympien. C’est la douceur personnifiée. Hina fait les choses avec beaucoup de délicatesse. En les regardant, j’ai l’impression que mes deux ainés ont déjà une sacrée force d’âme.

Votre parcours a été marqué par la maladie plusieurs fois. Est-ce que cela renforce la joie d’avoir votre petite tribu autour de vous ?

Effectivement, quand on m’a annoncé mon cancer du col de l’utérus, j’ai cru que je ne pourrais jamais devenir maman. Alors, c’est un bonheur incroyable, à chaque fois renouvelé.

Couv_OceansUnTresorAProgegerA leur âge, vos enfants adhérent-ils déjà à vos batailles ?

Les deux derniers n’y comprennent pas grand-chose, sauf peut-être mon amour des livres. Lou en a même des modèles en tissu dans son lit, Mahé réclame toujours à ce qu’on lui lise des encyclopédies. Quant à ma lutte écolo, Mahé en est un peu le héros. Il vient avec moi faire des animations dans les écoles.

Est-ce que Mahé fait déjà un peu de prosélytisme dans ce domaine auprès de ses copains ?

Oui, il ramasse les déchets dans la cours et explique à sa maitresse ce qu’il faut faire, comme il se sentait investi d’une mission. Ça tombe bien parce que pour moi, la clé du changement passe justement par les plus petits…

L’actu de Maud Fontenoy :
Pour sensibiliser les jeunes générations à la lutte qu’elle mène notamment à travers sa fondation homonyme depuis 2008 , Maud Fontenoy vient de sortir deux livres documentaires chez Castor Poche ( Flammarion) « A la découverte de la planète bleue » et « Les océans, un trésor à protéger » dans lesquels elle revient sur l’histoire de l’eau et des mers, les dangers auxquels elles sont exposées et les différents moyens dont nous disposons pour les préserver.

Vous avez aimé cet article ou bien vous voulez réagir ?

Envie de réagir à cet article, de donner votre avis ou de partager votre expérience ? Je prends la parole !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A lire aussi dans la rubrique Ma Famille

Plus d’articles sur MAFAMILLEZEN