Vos enfants se disputent… Que faire, que dire ?

MaFamilleZen > Ma Famille > Psycho-Famille > La vie en famille > Vos enfants se disputent… Que faire, que dire ?

Par le

Enfants qui se disputentIntervenir ou ne pas intervenir, telle est la question quand les enfants se disputent…. Concrètement, quels avantages a l’une ou l’autre de ces solutions… et comment faire ?

Ne pas intervenir quand les enfants se disputent

C’était le choix de Françoise Dolto avec ses propres enfants : « Appelez-moi uniquement s’il y a besoin d’une ambulance » ! En effet, laisser nos enfants gérer leurs malentendus permet  de leur apprendre :

-   A se situer face à l’autre.
-   A tester leur force (le petit gringalet peut surprendre… et les grands frères ou sœurs peuvent tomber de haut !).
-   A se défendre.
-   A défendre leurs droits et leurs idées.
-   A être en lien avec l’autre (d’une drôle de façon, certes, mais en lien tout de même !).

Faire ce choix nécessite quelques précautions :

-    S’assurer tout d’abord que la situation ne devient pas dangereuse.

Un moyen très efficace est de poser la question : « Est-ce une bagarre pour rire ou une vraie bagarre ? » (on peut aussi rappeler la règle : « Les vraies bagarres sont interdites… ici on ne se tape pas »). Puis penser à demander à chacun des protagonistes : « Toi Léa, tu as envie de continuer à te bagarrer ? Et toi Paul ? Et toi… ». Si l’un d’eux répond « non ». Reformulez : « Léa n’a plus envie de jouer à la bagarre. Il est temps d’arrêter et de passer à un autre jeu. » (ou « Vous continuez sans Léa maintenant »)

-    Puis passer à l’étape « zénitude ».

Un bon moyen :  mettre la musique à fond et penser à ses dernières vacances… ou aux prochaines ! Avec un peu d’imagination, les pleurs pourront  passer pour le bruit de le mer, les cris pour les sons des manèges, les « boum » pour le bruit de la boîte de nuit sur la plage…. Vos enfants sont en train de vivre une expérience importante dans la résolution de problèmes !

Intervenir quand les enfants se disputent

Maman qui gronde sa villeC’est nécessaire lorsque la situation se dégrade. Il convient de vous assurer que vos enfants ne se blessent pas… N’oubliez pas que vous avez un rôle de protection envers eux ! Plusieurs étapes sont à respecter….

N’en négligez aucune si vous voulez que ça fonctionne :

Reconnaissez leur colère : « Vous avez l’air furieux l’un contre l’autre ! »

Laissez les s’expliquer… chacun son tour !

Puis reflétez le point de vue de chacun des enfants : « Ainsi, toi Sophie, tu as très envie de jouer avec ce jeu, car ça fait longtemps que tu l’avais perdu et tu viens tout juste de le retrouver… », « Et toi Pierre, en voyant ta sœur s’éclater, ça t’a donné très envie d’y jouer aussi… et tu as pris une partie qu’elle n’utilisait pas, alors tu ne comprends pas pourquoi elle est furieuse… c’est bien cela ? ». S’ils ne sont pas d’accord avec votre interprétation, recommencez cette étape autant que nécessaire.

Ensuite, décrivez le problème avec respect : « C’est une situation difficile : un seul jouet… et deux enfants ! »

Enfin, montrez votre confiance dans la capacité de vos enfants à trouver une solution qui leur convient mutuellement : « Et bien… je vous fais confiance pour trouver une solution qui sera équitable pour chacun de vous…qui conviendra à toi Sophie et à toi Pierre ».

Et surtout quittez la pièce ! Sinon ils ne tenteront pas de négocier.

Ils reviennent sans solution ?

Il va falloir utiliser la ruse : « Et bien, je vois que c’est un problème vraiment très important et compliqué ! Il nécessite un grand investissement de votre part… mais je suis sûre qu’en continuant à chercher, vous allez trouver une solution équitable (et c’est là que la ruse intervient : vous allez, sans en avoir l’air, suggérer des solutions !) : par exemple jouer à tour de rôle, ou partager le jeu en deux, ou jouer ensemble en vous donnant chacun un rôle… allez, j’ai confiance en vous ! » et surtout vous re-sortez !

Situation définitivement dangereuse : intervenez de toute urgence !

Ados qui se disputent– Commencez par décrire la situation.

Aussi étonnant que cela puisse paraitre, c’est fondamental : pris dans leurs émotions, les enfants ne réalisent pas qu’ils se mettent en danger : « Je vois un garçon sur une chaise, sur le point de lancer un camion,  et un autre garçon sur le point de frapper avec un bâton,  et tous les deux sont furieux ! » cela s’appelle faire de la méta-communication :  communiquer sur la communication.. un outil indispensable pour  tous les négociateurs !

– Puis fixez les limites.

Votre détermination inébranlable qu’aucune violence ne sera tolérée dans cette maison doit être supérieure à leur agressivité. Le ton de votre voix devra le refléter : « C’est une situation très dangereuse ! ce n’est pas prudent de rester ensemble… vous avez besoin d’une période de calme ».

Et tout le succès de la manœuvre réside en fait dans la dernière étape : si l’un des deux s’en sort gagnant et l’autre perdant … vous pouvez être sûr que la situation se reproduira plus ou moins vite, car vous n’aurez fait qu’ancrer la rivalité entre les deux.

Donc pour que chacun s’en sorte dignement, il faut les deux enfants soient envoyés dans un lieu neutre : « Toi dans ta chambre et toi dans la tienne » ou « Toi dans le salon et toi dans le jardin »… et jamais « Toi avec moi » (tu as gagné) et « Toi ailleurs » (tu as perdu).

Lire aussi :
Comment concilier éducation bienveillante et autorité ?
Comment dire non à son ado ?

Tout le succès de cette méthode tient en ce principe : s’assurer qu’il n’y ait ni gagnant, ni perdant… car les apparences sont souvent trompeuses : vous avez peut être tendance à prendre la défense du plus jeune… mais vous n’avez pas remarqué que c’était lui qui venait embêter son frère systématiquement… ou  l’inverse.

Donc pour être juste et pour ne pas envenimer la situation entre eux, faites en sorte de leur laisser au maximum la possibilité de régler leurs problèmes entre eux, et si vous intervenez, que votre décision soit équitable : ni vaincu, ni vainqueur, c’est la clé du succès !

Réagissez sur cette article sur le FORUM

Marie-Charlotte Clerf
Thérapeute Vittoz certifiée, coach certifiée en développement personnel,  formatrice parentale. Elle a créé « MC2 coach-famille » pour aider les parents à améliorer leur  vie de famille. Ses spécialités : accompagner chaque membre de la famille à  trouver sa juste place, faire progresser la communication et les relations parents / enfants et enfants entre eux  , favoriser  la prise de conscience de ses points forts et des points d’amélioration possibles, aider à sortir d’un burn-out familial ou d’une dépression, se sentir utile et plein d’énergie, tout en ayant le temps de s’ occuper de soi-même…
www.coach-famille.fr
contact@coach-famille.fr – 06 60 87 20 35

Posez vos questions à Marie-Charlotte Clerf sur le FORUM

 

Découvrez d’autres articles sur la famille, la psychologie de l’enfant, l’éducation
dans notre rubrique EDUCATION & PSYCHO

Vous avez aimé cet article ou bien vous voulez réagir ?

Envie de réagir à cet article, de donner votre avis ou de partager votre expérience ? Je prends la parole !

  1. Bonjour, nous gardons nos petites fillês 1 àn et 2,5 ans . Elles se disputent béaucoup , se rape t, se pincent êt tirent les cheveux ou mordent. A priori la petite commence… Que faire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A lire aussi dans la rubrique Ma Famille

Plus d’articles sur MAFAMILLEZEN